Archives par mot-clé : musée

Couleurs et parcours de sens du musée national à Riyad

Le 21 mars dernier, j’ai participé au colloque “Les couleurs : des signaux visuels au langage” organisé par le Centre Français de la Couleur au musée de l’Homme, à Paris. J’y ai présenté une analyse des couleurs de la muséographie de l’exposition permanente du musée national saoudien.

Loin des clichés incitant à penser que l’Arabie saoudite serait un pays monochrome représenté par le blanc de la thaub masculine et le noir de l’abaya féminine, avec pour seules variations l’ocre du désert et le vert du drapeau national, les couleurs utilisées dans la muséographie du musée national convoquent une véritable tradition de la couleur.

Marqueurs de l’entrée des galeries “L’Islam et la péninsule Arabique” et “Premier et Second États saoudiens” du musée national, Riyad © VC, 2013

Plus que des éléments de signalétique et de muséographie, ces couleurs, apposées notamment sur bornes et étendards à l’entrée de chaque galerie, forment un parcours de visite enrichi de significations et de symboles. La relation entre la couleur (signifiant) et sa signification (signifié) aboutit à une “procédure de couplage” qui fixe une relation socialement établie, transmise, et par conséquent reconnaissable et lisible [1].

Le lien de ma communication est disponible ici : https://www.dailymotion.com/video/x6j7q5n.

 

[1] Davallon, J. (1999), L’exposition à l’oeuvre. Stratégies de communication et médiation symbolique, Paris, L’Harmattan, p.153.

Sites archéologiques et musées d’Arabie saoudite : un état des lieux

Ce premier article a pour objectif de présenter un état des lieux des sites archéologiques et musées d’Arabie saoudite. Répartis sur 2 240 000 km2, ces derniers se composent de :

– 12 000 sites archéologiques et naturels répartis sur le territoire,

– dont 956 sites archéologiques reconnus comme profitables pour un développement touristique ;

– parmi lesquels 430 sont déjà mis en valeur et accueillent un public ;

– près de 100 édifices historiques (palais, mosquées, hammam, madrasa, maisons) ;

– près de 80 musées publics ;

– près de 500 collections et musées privés

Parmi les sites archéologiques témoignant de l’histoire pré-islamique et islamique du pays, certains sont inscrits sur la Liste du Patrimoine mondial de l’Unesco tels que les tombes nabatéennes de Mada’in Saleh (al-Hijr), couramment connue comme ville “jumelle” de la Pétra jordanienne, et la citdelle at-Turaif d’ad-Dir’iyah, première capitale de la dynastie des Saoud avant Riyad.

Comme le présente la carte ci-dessous (© VC), les 80 musées sont répartis dans les treize régions administratives de l’Arabie saoudite ,tandis que certaines régions concentrent plus de musées que d’autres : Riyad (concentration dans la capitale), Nâjran et ‘Assîr (régions dotées de nombreux objets relevant du patrimoine populaire).

AS_Carte1 copy

L’étude de l’implantation des musées (près de sites archéologiques, au cœur de petites, moyennes ou grandes villes), de leur gestion (administrative et financière) et de leurs collections (corpus d’objets, muséographie, discours) est le coeur de ma thèse qui tend à apporter un regard neuf sur un royaume qui conserve et expose un patrimoine encore trop méconnu.