Couleurs et parcours de sens du musée national à Riyad

Le 21 mars dernier, j’ai participé au colloque “Les couleurs : des signaux visuels au langage” organisé par le Centre Français de la Couleur au musée de l’Homme, à Paris. J’y ai présenté une analyse des couleurs de la muséographie de l’exposition permanente du musée national saoudien.

Loin des clichés incitant à penser que l’Arabie saoudite serait un pays monochrome représenté par le blanc de la thaub masculine et le noir de l’abaya féminine, avec pour seules variations l’ocre du désert et le vert du drapeau national, les couleurs utilisées dans la muséographie du musée national convoquent une véritable tradition de la couleur.

Marqueurs de l’entrée des galeries “L’Islam et la péninsule Arabique” et “Premier et Second États saoudiens” du musée national, Riyad © VC, 2013

Plus que des éléments de signalétique et de muséographie, ces couleurs, apposées notamment sur bornes et étendards à l’entrée de chaque galerie, forment un parcours de visite enrichi de significations et de symboles. La relation entre la couleur (signifiant) et sa signification (signifié) aboutit à une “procédure de couplage” qui fixe une relation socialement établie, transmise, et par conséquent reconnaissable et lisible [1].

Le lien de ma communication est disponible ici : https://www.dailymotion.com/video/x6j7q5n.

 

[1] Davallon, J. (1999), L’exposition à l’oeuvre. Stratégies de communication et médiation symbolique, Paris, L’Harmattan, p.153.

Le Qasr al-Masmak, haut lieu de l’histoire nationale saoudienne

En 2012, la Commission saoudienne pour le Tourisme et le Patrimoine national annonce que « le musée du Masmak est l’une des premières destinations régulièrement fréquentées par les nationaux et les touristes, ainsi que les groupes scolaires. […] Après une campagne de restauration et de rénovation, il est devenu l’un des musées les plus ‘vénérables’ du royaume, conservant de nombreux objets historiques parmi les plus mémorables et les plus splendides du pays[1] ».

Ce musée du Masmak est installé dans la forteresse du même nom (de samīk qui signifie « épais ») considérée comme un haut lieu de l’histoire nationale saoudienne.

Qasr al-Masmak, Riyad © VC, 2017

Le Masmak est célèbre pour avoir été le premier bastion récupéré par ‘Abd al-Aziz Al Sa‘ūd et 40 compagnons le 15 janvier 1902 lors de la « bataille de Riyad », qui marque le début des processus de reconquêtes de territoires qui avaient servi aux deux États saoudiens successifs (1744-1818 et 1821-1834), et de conquêtes de nouvelles régions avant la proclamation de l’unification du « royaume d’Arabie saoudite » en 1932.

La forteresse avait été construite dans le centre de Riyad en 1865 par Abdullah bin Faisal bin Turki bin Abdullah bin Mohammed bin Saud, petit-fils de l’émir qui avait fondé le deuxième Etat saoudien en 1821 en prenant pour capitale Riyad. Elle avait été récupérée par les Al Rashīd, gouverneurs de l’Émirat de Hā’il (1835-1921) et ennemis historiques des Sa‘ūd, qui les avaient chassés en 1891.

Détails de l’architecture du Qasr al-Masmak, Riyad © VC, 2013

L’historiographie saoudienne considère la prise de la forteresse comme celui ayant mené à l’unification du royaume d’Arabie saoudite en 1932. La bataille tient alors une place importante dans les manuels scolaires et l’anniversaire de son centenaire a servi de prétexte à la tenue de célébrations nationales sans précédent en 1999 (1419 H). La forteresse est ainsi reconnue comme lieu d’une « grande aventure personnelle et dynastique[1] » et est considéré comme un « haut lieu » du récit national dans un manuel d’ « éducation patriotique » (tarbiyya wataniyya)[2].Aujourd’hui, la visite de la forteresse est requise pour les jeunes citoyens, et conseillée aux visiteurs de passage.

Représentation d”Abd al-‘Aziz conquérant, musée du Qasr al-Masmak, Riyad © VC, 2013

Les éléments architecturaux sont déjà au centre d’une glorification, notamment la brique crue et le système constructif en pisé, typiques de la région du Nejd. La porte en bois est également typique des constructions de la région. Elle porterait encore la marque de la lance d’‘Abd al-Aziz : « cette porte a été témoin du combat entre ‘Ajlan l’émir de Riyad et feu le roi ‘Abd al-‘Aziz lors du principal combat mené à cette porte. L’entaille causée par pointe de la lance du roi ‘Abd al-‘Aziz est encore visible sur la porte[3] ».

Après la conquête de la forteresse, ‘Abd al-‘Aziz fit construire, à quelques mètres, en pisé également, le palais Al-Hokm.,transformant ainsi transformé le centre de la ville en un espace symbolique[4] :

« Les ruelles convergeaient vers un ensemble constitué par la place du marché, le palais des Saoud et la grande mosquée, qui balisaient sur le sol les trois fonctions de la cité : l’échange commercial, la direction politique et l’orientation spirituelle […] caractéristiques des villes du Najd[5] ».

Quartier du Qasr al-Masmak aujourd’hui, Riyad © VC, 2013

 

[1] Rigoulet-Roze, D., Géopolitique de l’Arabie saoudite, Paris, Armand Colin, 2005, p.38.

[2] Bedos, E., La construction identitaire : dialectique et négociation. L’invention d’une hijazité. Mémoire de master, Institut d’Etudes Politiques de Paris, 2006, p.17.

[3] Ministry of Education, Al Masmak Museum, 1997

[4] Eben Ṣāliḥ, M. A., « Significance of Prominent Urban Design Projects: Inherited Meaning and Symbolism in King Abdulaziz Historic Center in Arriyadh, Saudi Arabia », in Journal of King Saud University, 2003, 15. p.18.

[5] Bonnenfant, P. « La capitale saoudienne : Riyadh », in Bonnenfant P. (dir.), La péninsule arabique aujourd’hui. Tome II, Paris, Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman, CNRS Éditions, 1982, p.658.