Archives de catégorie : Musées d’Arabie saoudite

Couleurs et parcours de sens du musée national à Riyad

Le 21 mars dernier, j’ai participé au colloque “Les couleurs : des signaux visuels au langage” organisé par le Centre Français de la Couleur au musée de l’Homme, à Paris. J’y ai présenté une analyse des couleurs de la muséographie de l’exposition permanente du musée national saoudien.

Loin des clichés incitant à penser que l’Arabie saoudite serait un pays monochrome représenté par le blanc de la thaub masculine et le noir de l’abaya féminine, avec pour seules variations l’ocre du désert et le vert du drapeau national, les couleurs utilisées dans la muséographie du musée national convoquent une véritable tradition de la couleur.

Marqueurs de l’entrée des galeries “L’Islam et la péninsule Arabique” et “Premier et Second États saoudiens” du musée national, Riyad © VC, 2013

Plus que des éléments de signalétique et de muséographie, ces couleurs, apposées notamment sur bornes et étendards à l’entrée de chaque galerie, forment un parcours de visite enrichi de significations et de symboles. La relation entre la couleur (signifiant) et sa signification (signifié) aboutit à une “procédure de couplage” qui fixe une relation socialement établie, transmise, et par conséquent reconnaissable et lisible [1].

Le lien de ma communication est disponible ici : https://www.dailymotion.com/video/x6j7q5n.

 

[1] Davallon, J. (1999), L’exposition à l’oeuvre. Stratégies de communication et médiation symbolique, Paris, L’Harmattan, p.153.

L’Arabie saoudite et ses antiquités préislamiques

La récente annonce du lancement de la mise en tourisme de la région d’Al-Ula qui comprend notamment le site archéologique du même nom et celui de Hégra/Madâ’in Sâleh, met en lumière le patrimoine préislamique de l’Arabie saoudite. Elle porte également avec elle l’idée que le royaume s’ouvre “finalement” à la reconnaissance de ce patrimoine, alors que l’analyse des travaux menés depuis les années 1970 par le Département des Antiquités et des Musées puis la Commission saoudienne pour le Tourisme et du Patrimoine national démontre que le processus est enclenché depuis bien longtemps.

La médiatisation des sites et antiquités préislamiques s’est, il vrai, renforcée. Il ne s’agit plus désormais de collecter et d’exposer ces biens dans des musées nationaux ou régionaux à destination de la population, mais d’inviter les touristes internationaux à les découvrir. L’annonce du “développement d’Al-Ula” est en cela retentissante.

Shaden Resort, Al-Ula © VC, 23/04/18

Toutefois, un autre événement d’importance ayant eu lieu à Riyad à l’automne 2017 est resté discret, alors qu’il porte en lui l’affirmation nouvelle de la médiation du patrimoine préislamique de et en Arabie saoudite. Présentée au musée national à Riyad du 7 novembre au 26 décembre 2017, l’exposition Routes d’Arabie est ainsi largement passée inaperçue, malgré la stratégie de communication socionumérique de la Commission saoudienne pour le Tourisme et le Patrimoine national – qui fera l’objet d’un billet suivant.

L’exposition représente l’une des initiatives muséales les plus importantes réalisées en Arabie saoudite depuis l’ouverture de son musée national en 1999 : mettre en valeur l’archéologie préislamique dans le cœur d’un royaume encore considéré comme hostile aux vestiges préislamiques et qui, en matière patrimoniale, occasionne principalement l’intérêt international pour les destructions archéologiques causées par les travaux d’agrandissement du sanctuaire de La Mecque.

Routes d’Arabie est le fruit d’une coopération interétatique culturelle entre la France et l’Arabie saoudite qui avait été inaugurée en juillet 2010 au musée du Louvre. Depuis sa présentation dans la capitale française puis dans le monde entier (Europe, Etats-Unis, Asie), l’exposition s’attache à raconter l’histoire archéologique, islamique, et enfin saoudienne, du territoire de l’Arabie saoudite, à travers un parcours chronologico-géographique : depuis les premiers témoins préhistoriques dans le nord-ouest, jusqu’à la proclamation du royaume à Riyad en 1932.

Laissant de côté l’importance de cet événement dans la diffusion d’un savoir peu connu sur les sites et antiquités de l’Arabie – contrairement aux vestiges égyptiens, levantins, mésopotamiens et perses de la même période – pourquoi la présentation de l’exposition Routes d’Arabie à Riyad aurait-elle pu provoquer un élan plus enthousiaste ?

Entrée du musée national à Riyad, pendant l’exposition Routes d’Arabie © VC, 16/11/2017

Car elle fait réapparaître une typologie d’objets qui n’avait plus été exposée dans le pays depuis les années 1970 : des stèles et statues anthropomorphes préhistoriques et préislamiques, témoins de systèmes symboliques et autres cultes polythéistes qui avaient été stoppés à l’avènement de l’islam au VIIe siècle. Ces statues anthropomorphes représenteraient ce que la tradition coranique déconseillerait, à savoir leur culte (“Par Dieu ! Je [Abraham] vais dresser des embûches à vos idoles, dès que vous aurez le dos tourné” Coran, XXI, 57-58) ou leur fabrication (“Si vous ne pouvez pas ne pas en faire, faites des images d’arbres ou d’autres objets inanimés”, reporté par Al-Bukhârî). Elles occupent pourtant une place de choix dans l’exposition.

Entrée de l’exposition Routes d’Arabie et aperçu d’une première stèle anthropomorphe © VC, 16/11/2017

Parmi ces objets, trois stèles anthropomorphes du IVe millénaire avant J.-C. avaient été délibérément – muséographiquement – installées à l’entrée de l’exposition pour accueillir le visiteur, voire l’attirer dans l’exposition.

Stèles anthropomorphes, IVe millénaire avant J.-C. (Riyad, musée national) dans Routes d’Arabie à Riyad © VC, 16/11/2017

Cette disposition diffère de celle du musée du Louvre qui, en voulant magnifier ces mêmes antiquités, les avait plutôt intégrées dans le parcours chronologique, dans une section consacrée à « L’Arabie avant l’Histoire : les premiers peuplements ».

Présentation de deux des trois stèles dans Routes d’Arabie au Louvre © musée du Louvre, Juillet 2010

Deux de ces stèles avaient déjà été exposées sous formes de copies dans le musée d’archéologie et de patrimoine populaire, ouvert à Riyad en 1978 et fermé en 1999, qui racontait l’histoire archéologique du territoire de l’Arabie saoudite jusqu’à la révélation de l’islam – ce premier musée public saoudien ne présentait donc pas l’unification du territoire en royaume saoudien. Aussi, ce musée avait été pensé dans le cadre de prospections et missions archéologiques saoudiennes qui avaient été lancées pour la première fois en 1963, avant la création d’un Comprehensive Archaeological Survey Program entre 1976 et 1981, mêlant de manière pérenne archéologie et muséologie.

L’exposition de ces stèles dans le royaume n’est donc pas une première dans l’histoire muséale saoudienne, mais elle témoigne d’une nouvelle réappropriation et d’une nouvelle stratégie de communication, à surveiller de près pour qui souhaite mieux comprendre l’attachement réel de l’Arabie saoudite à ses antiquités préislamiques.

Le musée national de Riyad en quelques mots

C’est, en quelques mots…

– le récit de l’histoire de l’Arabie saoudite, depuis la période préislamique à la découverte du pétrole en 1938 ;

– un musée ouvert en 1999 lors des célébrations du centenaire hijri de la prise de Riyad par le futur roi Abd al-Aziz al Saud : 1902 / 1319 H – 1999 / 1419 H ;

– un des éléments du complexe historique du roi Abd al-Aziz (King Abdulaziz Historical Centre) qui comprend également le palais Murabba (dernière demeure du roi Abd al-Aziz),la King Abdulaziz Foundation for Research and Archives et le King Abdulaziz Memorial Hall ;

– un ensemble d’objectifs éducatifs tels que “mettre l’accent sur des aspects de l’histoire et des monuments du Royaume d’Arabie saoudite depuis ses débuts jusqu’à l’époque moderne” et “véhiculer une conscience culturelle en approfondissant le concept d’adhésion aux racines et au patrimoine, en répandant la connaissance et la participation à l’éducation nationale des jeunes générations” (Al-Kahtani, D. b. (1999). Museum Education in the National Museum. Origin, targets and achievements. Riyadh: Ministry of Education, p.14) ;

– une architecture dynamique dont la forme principale est une longue courbe axée d’est en ouest, en calcaire local, qui longe la place Murabba et le jardin du palais “dans un large geste d’accueil en direction de la Mecque”, tandis qu’au coucher du soleil, “les murs se teintent d’une couleur rouge identique à celle du soleil couchant, puis leur teinte s’adoucit graduellement pour accueillir la fraîcheur de la soirée. L’effet visuel est celui d’un canyon, comme un rappel des débuts de Riyad comme oasis du désert » (Boddy, T. (Septembre-Octobre 1999). « History’s New Home in Riyadh ». Saudi Aramco World , 50 (5), p.22.) ;

Crédits : SCTA
musée national de Riyad
Crédits : SCTA

 

– deux ailes comprenant huit galeries divisées comme suit :

[aile préislamique]
* L’Homme et l’univers (Big bang – 3000 BC)
* Les royaumes arabes (3000 BC – 300 AD)
* La Jahiliyyah (300 – 610 )
* La mission du Prophète (610 – 622)

un pont reliant les deux ailes :

l’Hégire (le voyage de Muhammad de La Mecque à Médine, en 622]

[aile islamique]
* L’Islam et la péninsule arabique (622-XVIIe siècle)
* Les premier et second Etats saoudiens (1744-1818 / 1821-1834)
* L’Unification (1902-1938)
* Le Hajj et les Deux Mosquées Saintes (aujourd’hui)

– des collections d’objets archéologiques, manuscrits documents historiques, armes, objets issus des arts et traditions populaires…

Vitrine d'objets provenant d'Addiriyah, la capitale du premier Etat saoudien (1744-1818)
Vitrine d’objets provenant d’Addiriyah, la capitale du premier Etat saoudien (1744-1818)
Crédits : VC

 

– une muséographie immersive et subtile dont les deux objectifs principaux sont “d’inciter le citoyen à confirmer sa fierté dans le patrimoine arabe et sa révérence envers l’Islam”, et “de raconter l’histoire de l’Islam comme il est communément compris par les musulmans, en narrant celle de l’Arabie saoudite dans ce contexte religieux” (Lord Cultural Resources (1999). The National Museum of Saudi Arabia & Darat al Malik ‘Abd al ‘Aziz historic Murabba’ palace complex in Riyadh, iii.)

Crédits : VC
Salle de la Révélation avec vue sur le tunnel de l’Hégire qui relie les deux ailes du musée
Crédits : VC
Salle de l'unification du royaume Crédits : VC
Salle de l’unification du royaume
Crédits : VC