Tous les articles par Virginia Cassola

Chercheure associée au Centre français d'archéologie et de sciences sociales (CEFAS) et chargée de collections et d'expositions à l'Institut du monde arabe. J'ai soutenu une thèse sur les musées d'archéologie d'Arabie saoudite (Université de Lorraine / Ecole du Louvre, 2016).

Couleurs et parcours de sens du musée national à Riyad

Le 21 mars dernier, j’ai participé au colloque “Les couleurs : des signaux visuels au langage” organisé par le Centre Français de la Couleur au musée de l’Homme, à Paris. J’y ai présenté une analyse des couleurs de la muséographie de l’exposition permanente du musée national saoudien.

Loin des clichés incitant à penser que l’Arabie saoudite serait un pays monochrome représenté par le blanc de la thaub masculine et le noir de l’abaya féminine, avec pour seules variations l’ocre du désert et le vert du drapeau national, les couleurs utilisées dans la muséographie du musée national convoquent une véritable tradition de la couleur.

Marqueurs de l’entrée des galeries “L’Islam et la péninsule Arabique” et “Premier et Second États saoudiens” du musée national, Riyad © VC, 2013

Plus que des éléments de signalétique et de muséographie, ces couleurs, apposées notamment sur bornes et étendards à l’entrée de chaque galerie, forment un parcours de visite enrichi de significations et de symboles. La relation entre la couleur (signifiant) et sa signification (signifié) aboutit à une “procédure de couplage” qui fixe une relation socialement établie, transmise, et par conséquent reconnaissable et lisible [1].

Le lien de ma communication est disponible ici : https://www.dailymotion.com/video/x6j7q5n.

 

[1] Davallon, J. (1999), L’exposition à l’oeuvre. Stratégies de communication et médiation symbolique, Paris, L’Harmattan, p.153.

Le Qasr al-Masmak, haut lieu de l’histoire nationale saoudienne

En 2012, la Commission saoudienne pour le Tourisme et le Patrimoine national annonce que « le musée du Masmak est l’une des premières destinations régulièrement fréquentées par les nationaux et les touristes, ainsi que les groupes scolaires. […] Après une campagne de restauration et de rénovation, il est devenu l’un des musées les plus ‘vénérables’ du royaume, conservant de nombreux objets historiques parmi les plus mémorables et les plus splendides du pays[1] ».

Ce musée du Masmak est installé dans la forteresse du même nom (de samīk qui signifie « épais ») considérée comme un haut lieu de l’histoire nationale saoudienne.

Qasr al-Masmak, Riyad © VC, 2017

Le Masmak est célèbre pour avoir été le premier bastion récupéré par ‘Abd al-Aziz Al Sa‘ūd et 40 compagnons le 15 janvier 1902 lors de la « bataille de Riyad », qui marque le début des processus de reconquêtes de territoires qui avaient servi aux deux États saoudiens successifs (1744-1818 et 1821-1834), et de conquêtes de nouvelles régions avant la proclamation de l’unification du « royaume d’Arabie saoudite » en 1932.

La forteresse avait été construite dans le centre de Riyad en 1865 par Abdullah bin Faisal bin Turki bin Abdullah bin Mohammed bin Saud, petit-fils de l’émir qui avait fondé le deuxième Etat saoudien en 1821 en prenant pour capitale Riyad. Elle avait été récupérée par les Al Rashīd, gouverneurs de l’Émirat de Hā’il (1835-1921) et ennemis historiques des Sa‘ūd, qui les avaient chassés en 1891.

Détails de l’architecture du Qasr al-Masmak, Riyad © VC, 2013

L’historiographie saoudienne considère la prise de la forteresse comme celui ayant mené à l’unification du royaume d’Arabie saoudite en 1932. La bataille tient alors une place importante dans les manuels scolaires et l’anniversaire de son centenaire a servi de prétexte à la tenue de célébrations nationales sans précédent en 1999 (1419 H). La forteresse est ainsi reconnue comme lieu d’une « grande aventure personnelle et dynastique[1] » et est considéré comme un « haut lieu » du récit national dans un manuel d’ « éducation patriotique » (tarbiyya wataniyya)[2].Aujourd’hui, la visite de la forteresse est requise pour les jeunes citoyens, et conseillée aux visiteurs de passage.

Représentation d”Abd al-‘Aziz conquérant, musée du Qasr al-Masmak, Riyad © VC, 2013

Les éléments architecturaux sont déjà au centre d’une glorification, notamment la brique crue et le système constructif en pisé, typiques de la région du Nejd. La porte en bois est également typique des constructions de la région. Elle porterait encore la marque de la lance d’‘Abd al-Aziz : « cette porte a été témoin du combat entre ‘Ajlan l’émir de Riyad et feu le roi ‘Abd al-‘Aziz lors du principal combat mené à cette porte. L’entaille causée par pointe de la lance du roi ‘Abd al-‘Aziz est encore visible sur la porte[3] ».

Après la conquête de la forteresse, ‘Abd al-‘Aziz fit construire, à quelques mètres, en pisé également, le palais Al-Hokm.,transformant ainsi transformé le centre de la ville en un espace symbolique[4] :

« Les ruelles convergeaient vers un ensemble constitué par la place du marché, le palais des Saoud et la grande mosquée, qui balisaient sur le sol les trois fonctions de la cité : l’échange commercial, la direction politique et l’orientation spirituelle […] caractéristiques des villes du Najd[5] ».

Quartier du Qasr al-Masmak aujourd’hui, Riyad © VC, 2013

 

[1] Rigoulet-Roze, D., Géopolitique de l’Arabie saoudite, Paris, Armand Colin, 2005, p.38.

[2] Bedos, E., La construction identitaire : dialectique et négociation. L’invention d’une hijazité. Mémoire de master, Institut d’Etudes Politiques de Paris, 2006, p.17.

[3] Ministry of Education, Al Masmak Museum, 1997

[4] Eben Ṣāliḥ, M. A., « Significance of Prominent Urban Design Projects: Inherited Meaning and Symbolism in King Abdulaziz Historic Center in Arriyadh, Saudi Arabia », in Journal of King Saud University, 2003, 15. p.18.

[5] Bonnenfant, P. « La capitale saoudienne : Riyadh », in Bonnenfant P. (dir.), La péninsule arabique aujourd’hui. Tome II, Paris, Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman, CNRS Éditions, 1982, p.658.

 

L’Arabie saoudite et ses antiquités préislamiques

La récente annonce du lancement de la mise en tourisme de la région d’Al-Ula qui comprend notamment le site archéologique du même nom et celui de Hégra/Madâ’in Sâleh, met en lumière le patrimoine préislamique de l’Arabie saoudite. Elle porte également avec elle l’idée que le royaume s’ouvre “finalement” à la reconnaissance de ce patrimoine, alors que l’analyse des travaux menés depuis les années 1970 par le Département des Antiquités et des Musées puis la Commission saoudienne pour le Tourisme et du Patrimoine national démontre que le processus est enclenché depuis bien longtemps.

La médiatisation des sites et antiquités préislamiques s’est, il vrai, renforcée. Il ne s’agit plus désormais de collecter et d’exposer ces biens dans des musées nationaux ou régionaux à destination de la population, mais d’inviter les touristes internationaux à les découvrir. L’annonce du “développement d’Al-Ula” est en cela retentissante.

Shaden Resort, Al-Ula © VC, 23/04/18

Toutefois, un autre événement d’importance ayant eu lieu à Riyad à l’automne 2017 est resté discret, alors qu’il porte en lui l’affirmation nouvelle de la médiation du patrimoine préislamique de et en Arabie saoudite. Présentée au musée national à Riyad du 7 novembre au 26 décembre 2017, l’exposition Routes d’Arabie est ainsi largement passée inaperçue, malgré la stratégie de communication socionumérique de la Commission saoudienne pour le Tourisme et le Patrimoine national – qui fera l’objet d’un billet suivant.

L’exposition représente l’une des initiatives muséales les plus importantes réalisées en Arabie saoudite depuis l’ouverture de son musée national en 1999 : mettre en valeur l’archéologie préislamique dans le cœur d’un royaume encore considéré comme hostile aux vestiges préislamiques et qui, en matière patrimoniale, occasionne principalement l’intérêt international pour les destructions archéologiques causées par les travaux d’agrandissement du sanctuaire de La Mecque.

Routes d’Arabie est le fruit d’une coopération interétatique culturelle entre la France et l’Arabie saoudite qui avait été inaugurée en juillet 2010 au musée du Louvre. Depuis sa présentation dans la capitale française puis dans le monde entier (Europe, Etats-Unis, Asie), l’exposition s’attache à raconter l’histoire archéologique, islamique, et enfin saoudienne, du territoire de l’Arabie saoudite, à travers un parcours chronologico-géographique : depuis les premiers témoins préhistoriques dans le nord-ouest, jusqu’à la proclamation du royaume à Riyad en 1932.

Laissant de côté l’importance de cet événement dans la diffusion d’un savoir peu connu sur les sites et antiquités de l’Arabie – contrairement aux vestiges égyptiens, levantins, mésopotamiens et perses de la même période – pourquoi la présentation de l’exposition Routes d’Arabie à Riyad aurait-elle pu provoquer un élan plus enthousiaste ?

Entrée du musée national à Riyad, pendant l’exposition Routes d’Arabie © VC, 16/11/2017

Car elle fait réapparaître une typologie d’objets qui n’avait plus été exposée dans le pays depuis les années 1970 : des stèles et statues anthropomorphes préhistoriques et préislamiques, témoins de systèmes symboliques et autres cultes polythéistes qui avaient été stoppés à l’avènement de l’islam au VIIe siècle. Ces statues anthropomorphes représenteraient ce que la tradition coranique déconseillerait, à savoir leur culte (“Par Dieu ! Je [Abraham] vais dresser des embûches à vos idoles, dès que vous aurez le dos tourné” Coran, XXI, 57-58) ou leur fabrication (“Si vous ne pouvez pas ne pas en faire, faites des images d’arbres ou d’autres objets inanimés”, reporté par Al-Bukhârî). Elles occupent pourtant une place de choix dans l’exposition.

Entrée de l’exposition Routes d’Arabie et aperçu d’une première stèle anthropomorphe © VC, 16/11/2017

Parmi ces objets, trois stèles anthropomorphes du IVe millénaire avant J.-C. avaient été délibérément – muséographiquement – installées à l’entrée de l’exposition pour accueillir le visiteur, voire l’attirer dans l’exposition.

Stèles anthropomorphes, IVe millénaire avant J.-C. (Riyad, musée national) dans Routes d’Arabie à Riyad © VC, 16/11/2017

Cette disposition diffère de celle du musée du Louvre qui, en voulant magnifier ces mêmes antiquités, les avait plutôt intégrées dans le parcours chronologique, dans une section consacrée à « L’Arabie avant l’Histoire : les premiers peuplements ».

Présentation de deux des trois stèles dans Routes d’Arabie au Louvre © musée du Louvre, Juillet 2010

Deux de ces stèles avaient déjà été exposées sous formes de copies dans le musée d’archéologie et de patrimoine populaire, ouvert à Riyad en 1978 et fermé en 1999, qui racontait l’histoire archéologique du territoire de l’Arabie saoudite jusqu’à la révélation de l’islam – ce premier musée public saoudien ne présentait donc pas l’unification du territoire en royaume saoudien. Aussi, ce musée avait été pensé dans le cadre de prospections et missions archéologiques saoudiennes qui avaient été lancées pour la première fois en 1963, avant la création d’un Comprehensive Archaeological Survey Program entre 1976 et 1981, mêlant de manière pérenne archéologie et muséologie.

L’exposition de ces stèles dans le royaume n’est donc pas une première dans l’histoire muséale saoudienne, mais elle témoigne d’une nouvelle réappropriation et d’une nouvelle stratégie de communication, à surveiller de près pour qui souhaite mieux comprendre l’attachement réel de l’Arabie saoudite à ses antiquités préislamiques.

Les relations Europe-Arabie, XIXe – XXIe siècles, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 27 et 28 novembre 2015

Lieu : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Date : 27 et 28 novembre 2015

Pour des raisons de sécurité, accès sur inscription uniquement.

On sait que la péninsule Arabique et l’Europe entretiennent depuis longtemps des relations durables, tant économiques que culturelles. Dans la poursuite des activités de la Chaire de Dialogue des Cultures sur l’histoire de ces relations depuis l’Antiquité et le Moyen Âge, ce colloque international s’intéressera plus spécifiquement aux liens entre l’Europe et la péninsule Arabique à l’époque contemporaine, depuis les débuts de la mondialisation de l’âge industriel jusqu’aux derniers développements économiques et stratégiques contemporains. Leur comparaison ainsi que l’étude du contenu et de l’évolution des échanges sont un moyen de mieux comprendre ce qui relie l’Europe et la péninsule Arabique. Pour les Européens au XIXe siècle, la Péninsule est une région à la marge de leurs empires coloniaux et de leurs échanges avec l’Asie, l’Afrique et l’Amérique. Au XXIe siècle, elle représente toujours un modèle de développement économique et politique dont on retient les différences avec le développement européen.Dans la Péninsule, l’Europe est une puissance impérialiste elle aussi longtemps marginale au XIXe siècle au regard des échanges avec l’océan Indien et l’Afrique, jusqu’à l’établissement des protectorats britanniques puis, au XXe siècle, de relations presque exclusives avec les États-Unis. Plusieurs éléments montrent pourtant que les relations entre l’Europe et la péninsule Arabique aux XIXe-XXIe siècles ne sont pas marginales : l’étude de leurs échanges permet précisément d’évaluer l’importance de leurs relations.

Programme

Vendredi 27 novembre

Matin : Salons Décanal, 12 place du Panthéon (Métro Luxembourg)

8h30 : Accueil des participants.

9h-11h : Atelier 1 : Djedda, porte d’entrée européenne dans l’Arabie

  • Louis Blin (Ministère des Affaires Etrangères) : Djeddah dans la littérature française (1830-1940)
  • Salwa Al-Maiman (maître de conférences à l’Université du Roi Abdelaziz, Djeddah) :Synthèse comparative sur les visions française et arabe de Djeddah
  • Ulrike Freitag (Zentrum Moderner Orient): Un échange entre hommes des lettres : les lettres de Muhammad Nasif à Christiaan Snouck Hurgronje (1920-1933).

11h : Visite de la bibliothèque de la Sorbonne sur le thème « Europe-Arabie »

12h-13h : Déjeuner

Après-midi : Salle 1 – Galerie Soufflot, 1er étage, 12 place du Panthéon (Métro Luxembourg)

14h-16h : Voyageurs en Arabie, voyageurs en Europe (1)

  • Ahmed Zein (al-Hayat) : Le Yémen et les voyageurs européens : une découverte mutuelle
  • ‘Ali al-Dosari (King Saud University) : Analyse spatio-temporelle des voyages des orientalistes européens dans la péninsule Arabique, à l’aide du GPS et de la télédétection
  • ‘Abdallah al-Lheedan (King Saud University) : L’Europe et le cœur de la péninsule Arabique au début du 20e siècle : les voyages de W. Shakespeare

16h30-18h : Voyageurs en Arabie, voyageurs en Europe (2)

Guillemette Crouzet (European Universitary Institute) : « Heading to Arabia ». La mission et le voyage de George Forster Sadleir dans la péninsule Arabique en 1819 : « découvrir » l’Arabie, servir les Indes, « conquérir » le Golfe.

 ‘Ali al-Kandari (Kuwait University) : L’impact mutuel des étudiants koweïtiens au Royaume-Uni et de la société britannique, analysé à travers le cas de la campagne « Free Kuwait » (1990-1991)

18h30-20h : Les pèlerins entre l’Europe et l’Arabie

  • Sofiane Bouhdiba (université de Tunis) : Le choléra, facteur de crise diplomatique entre l’Europe et l’Arabie ? La question du hajj au XIXème siècle.
  • Luc Chantre (Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Un regard colonial sur le hajj ? Les rapports de pèlerinage des « commissaires du gouvernement » français (années 1890-1962).

20h30 : Dîner

Samedi 28 novembre

 Salle 1 – Galerie Soufflot, 1er étage, 12 place du Panthéon (Métro Luxembourg)

8h30 : Accueil

9h-10h30 : Atelier 5 : Patrimoines d’Europe et d’Arabie

  • Virginia Cassola (Ecole du Louvre) : Saudi Museology, British Expertise (1974-1987)
  • Sarah Khazindar (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Patrimoine matériel, valeurs et représentations : étude de cas : Arabie saoudite

11h-13h : Atelier 6 : L’Europe et l’Arabie en affaires

  • Romain Calvary (EHESS) : Analyser l’évolution des relations économiques entre l’Europe et la péninsule Arabique depuis le milieu du XXème siècle. Une approche par les acteurs : l’exemple de l’homme d’affaires saoudien Mohammed al-‘Amoudi.
  • Philippe Pétriat (Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Le commerce de l’Arabie avec l’Europe dans la première moitié du 20e siècle
  • Rachid Rhattat (EDC Paris Business School) : The development of UE-GCC relationship : toward a strategic partnership ?

13h : Buffet final.

Source : http://calenda.org/344509

Contact : Anne-Laurence Pastorini:  anne-laurence [dot] pastorini [at] univ-paris1 [dot] fr

Nouvelle mission de terrain – Riyad, Janvier 2015

Après une première mission de terrain à Riyad en novembre 2013, me revoilà dans la capitale saoudienne pour continuer mes recherches sur la collecte et l’exposition des objets archéologiques préislamiques dans les musées du royaume.

Au programme de ces quelques jours – 17 au 29 janvier – consultation de la vaste documentation de la librairie de la Commission saoudienne pour le Tourisme et les Antiquités, et entretiens, qui permettront d’étoffer les trois premiers chapitres de la thèse. Parmi la documentation, je m’intéresse particulièrement à la revue Atlal The Journal of Saudi Arabian Archaeology qui recense les programmes et rapports de fouilles archéologiques dans le royaume depuis le premier volume publié en 1975.

Sans oublier, la dégustation des meilleures dates du monde – je présente mes excuses à mes amis algériens, mais vraiment, les dattes saoudiennes sont irremplaçables – et de mes gateaux préférés, les ma’moul.

Les premières dattes de l'année Crédits : VC
Les premières dattes de l’année
Crédits : VC

Aujourd’hui, il a plu à Riyad. Mon hôte m’a indiqué qu’il n’avait pas plu depuis plusieurs mois et qu’une telle pluie, qui accompagne mon arrivée dans la capitale, est de bon augure. Puisse cet augure accompagner ma thèse 🙂

Journée d’études : In(ter)ventions, objects histories outside and inside the museum – Londres, British Museum, 12 février 2015

Le 12 février 2015 est organisée une journée d’étude sur le thème des biographies d’objets, à savoir les différentes manières dont des objets ont été utilisés, modifiés puis recontextualisés par l’institution muséale au cours de leur existence.

Parmi les communications au programme, certaines aborderont aussi bien la copie d’anciens joyaux du XVème siècle, que la réutilisation d’ouvrages tibétains dans les bureaux des officiers coloniaux.

Des posters seront également accrochés et présentés durant les pauses thé. J’exposerai un poster issu de mes recherches sur la collecte et l’expositions d’objets archéologiques préislamiques dans les musées d’Arabie saoudite. A partie de la vie de trois objets préislamiques qui ont connu des contextes de fouilles et de muséalisation différents, je démontre que les processus de collecte et d’exposition(s) jouent un grand rôle dans les valeurs que portent de tels objets au fil de leur histoire.

Ces trois objets sont :

– Le bol de Teima, terre cuite, Oasis de Teima (Nord-Ouest de l’Arabie saoudite), IXème siècle av. J.-C., . Il fut collecté lors d’une mission archéologique saoudienne officielle (1960s), copié et exposé dans un musée régional (1987), puis dans le musée national (1999), puis dans une exposition itinérante internationale (2010- )

Bol de Teima, Riyadh National Museum
Crédits : SCTA/musée du Louvre

– Un Fragment représentant un personnage accroupi entre des serpents entrelacés, chlorite, Tarut (Nord-Est de l’Arabie saoudite), 2ème moitié du IIIème millénaire av. J.-C. Il fut collecté lors d’expéditions américaines non officielles (1950) et entra dans une collection privée, il fut rendu à l’Arabie saoudite, exposé dans un musée régional (1987), puis dans le musée national (1999), puis dans une exposition itinérante internationale (2010- )

Crédits : SCTA/musée du Louvre
Fragment, Riyadh National Museum
Crédits : SCTA/musée du Louvre

– enfin, la Stèle de Teima, grès, Teima (Nord-Ouest de l’Arabie saoudite), VIème siècle av. J.-C., collectée par l’explorateur français Charles Huber (1884), donnée et exposée au musée du Louvre, puis exposées dans une exposition internationale itinérante (2010-).

Stèle de Teima, musée du Louvre
Crédits : RMN/Franck Raux

Pour en savoir plus sur la journée d’études : https://objectinterventions.wordpress.com/

Colloque “Autour du Louvre Abu Dhabi : pour une histoire globale de l’art ?” – Compte rendu

Hier s’est tenu le colloque « Autour du Louvre Abu Dhabi : pour une histoire globale de l’art ? » à l’auditorium du musée du Louvre. Cette journée, qui fait suite à un colloque qui avait eu lieu en 2011, était organisée en marge de l’exposition temporaire Naissance d’un musée qui présente les 150 premières œuvres de la collection permanente du musée Louvre Abu Dhabi

Divisé en deux temps (Le Louvre Abu Dhabi à l’heure de la globalisation culturelle / Dépaysement de la pensée et mises en regard des œuvres), le colloque a su répondre aux questions régulièrement posées sur le projet (rôles de l’Agence France Museum, regard sur les collections, implantions du musée dans société, etc.) depuis le 6 mars 2007, date de la signature de l’accord « Louvre Abou Dabi » de coopération culturelle entre les Emirats arabes unis et le France, qui prévoit l’ouverture d’un « d’un musée destiné à favoriser le dialogue des cultures entre l’Orient et l’Occident, qui présentera des œuvres majeures dans tous les domaines de l’histoire de l’art […] ». Bien plus, le contenu et le discours d’une des quatre galeries qui composeront le musée ont été présentés, satisfaisant ainsi la curiosité des potentiels visiteurs. Pour rappel, le musée devrait ouvrir ses portes en 2015.

Bien plus, ce colloque a voulu interroger les notions de musée universel, histoire globale, histoire connectée, tandis que les communications ont permis à l’auditoire de mieux cerner les objectifs et enjeux du musée Louvre Abu Dhabi : décloisonner l’histoire de l’art en mettant en regard des œuvres d’art produites simultanément dans plusieurs régions du monde, en exposant les résultats artistiques d’échanges et de contacts entre les sociétés. Il ne s’agit plus de présenter des œuvres d’art par départements – tels au musée du Louvre le Département des antiquités orientales, le Département des peintures, etc. – mais par une trame chronologique qui relie les civilisations entre elles.

Voici en quelques lignes et mots-clés, les principaux moments de ce colloque très riche.

Ouverture : Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée du Louvre

Pour J.-L. Martinez, cette journée a pour objectif principal de convier les problématiques de l’histoire monde, de l’histoire connectée appliquée à l’histoire de l’art et à l’histoire des musées

Il rappelle que le Louvre Abu Dhabi sera le premier musée universel du XXIe siècle, d’autant plus implanté dans une région spécifique au carrefour de l’Europe et de l’Asie qui amène à changer les perspectives et à relever de nouveaux défis : diversification publics et décloisonnement colletions déjà entamés au Louvre Lens.

J.-L. Martinez mentionne quelques collections publiques françaises qui font partie de l’Agence France Museums et qui prêteront des œuvres afin de compléter la collection du Louvre Abu Dhabi: musée du Louvre, BNF, Centre Pompidou, musée d’Orsay, musée du quai Branly, musée national des arts asiatiques – Guimet, musée du Moyen Age-Cluny, musée Rodin, musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, Sèvres, Cité de la céramique, Château de Fontainebleau, Château de Versailles, musée des Arts Décoratifs. Il rappelle que ces prêts sont des enjeux de taille mais très ambitieux puisqu’ils sont une opportunité unique de reformer des collections et de dépasser périmètres actuels.

Conférence inaugurale : Universalité et écart culturel – François Julien, philosophe, sinologue, helléniste, Paris

Le philosophe François Julien a été invité à débuter la journée par une redéfinition de notions et concepts largement utilisés pour définir le projet du Louvre Abu Dhabi, mais bien souvent mal compris.

Pour lui, l’universel a un sens faible de généralité et de constat, et un sens fort sur lequel la pensée européenne s’est constituée, celui d’une nécessité a priori d’avant toute expérience : c’est un concept de la raison.

Mais c’est un terme ambigu aujourd’hui, composite, chaotique, qu’il faut distinguer de l’uniforme, qui est un concept de la production. Aujourd’hui la mondialisation et l’uniformisation de tout ce qui nous entoure, pousse à considérer des choses universelles (légitimité de principe) alors qu’elles ne sont qu’uniformes.

Concernant la diversité des cultures, souvent comprise comme un ensemble de différences, il préfère employer le terme d’écart : le terme différence indique une distinction, tandis que le terme écart indique une distance. Par l’écart, les cultures subissent un processus de mise en regard dont les conséquences sont un dialogue des cultures, et non un syncrétisme ou la recherche d’un dénominateur commun.

En tant que philosophe travaillant sur deux philosophies distantes, celle de l’Europe et celle de la Chine, il attend alors du Louvre Abu Dhabi un processus de vis-à-vis, de dévisagement et d’auto-réflexion. Le musée doit se placer comme un sujet agile qui peut circuler entre la diversité pour y trouver son profit, mais aussi être un sujet alerte. Il ne souhaite pas de compromis, ni de tolérance car ce n’est pas très productif, mais plutôt de la compréhension et donc le croisement de regards.

 

Thème 1 : Le Louvre Abu Dhabi à l’heure de la globalisation culturelle

Historique et actualité du projet – Khalid Abdhullah, représentant de TCA Abu Dhabi et Vincent Pomarède, musée du Louvre

Le Louvre Abu Dhabi, un processus spécifique : idée du musée – architecture – collections.

Louvre Abu Dhabi Crédits : louvre.fr
Louvre Abu Dhabi
Crédits : musée du Louvre

Architecture : dôme monumental inspiré par les techniques d’irrigation utilisées dans les cultures de dattes aux Emirats arabes unis, et de la lumière du soleil qui traverses les palmes de l’arbre.

Plan : musée pensé comme une petite ville : quatre halls d’exposition permanente, un hall d’exposition temporaire et un musée des enfants. Trame chronologique et non thématique.

Historique du projet :

2005, la France est choisie pour la conception muséographique du musée.

2007, signature de l’accord « Louvre Abou Dabi » à partir de ce qui existe déjà :

– Principe architectural de Jean Nouvel : Idée d’un musée-ville : pavillons et places;

– Idée de musée universel : musée national des BA devait être universel, présentant toutes les cultures ;

– Principe d’un musée très orienté vers l’éducatif, qui participerait du projet éducatif global du gouvernement d’Abu Dhabi.

Création de l’Agence France Museums, une parole et une administration uniques dans le but de fédérer les collections nationales françaises participant au projet et d’organiser les commissions d’acquisitions.

Objectifs de formation et de professionnalisation d’experts aux Emirats arabes unis.

2009, exposition de  19 pièces de la collection du Louvre Abu Dhabi + programme scientifique et culturel validé.

2013, exposition Birth of a museum : première exposition d’envergure qui présente 150 pièces de la collection et dont la muséographie de mise en regard des objets préfigure le futur musée + achèvement de la construction du dôme.

2014, l’exposition Naissance d’un musée ouvre ses portes au musée du Louvre à Paris.

Perspectives ouvertes par le décloisonnement des collections – Jean-François Charnier, directeur scientifique de l’Agence France Museums

J.-F. Charnier rappelle la grande difficulté à traiter visions élargies et interconnexions dans l’histoire du monde, ainsi que celle de la fragmentation du musée universel : idée que la continuité des collections et l’identification culturelle sont remises à penser : question de la focale et de l’analyse du chef-d’œuvre au sein de la société qui le produit et dans les connexions avec les mondes qui l’entoure. La solution serait le décloisonnements des collections.

Trois décloisonnements prévus dans le musée Louvre Abu Dhabi :

Décloisonnement 1 : circulation, réciprocités, hybridations

Ex : décor récurrent d’un motif textile sur une boite japonaise et un plateau iranien, qui rappelle les échanges opérées sur la route de la soie)

Boîte octogonale, Chine, dynastie Tang (618-907 apr. J.-C.), milieu du VIIIe siècle, Louvre Abu Dhabi

Boîte octogonale Crédits : fotoparis.livejournal
Boîte octogonale
Crédits : fotoparis.livejournal

… terrestres, routes maritimes

Ex : Céramiques du XVIe siècle d’Iznik (Turquie), des Yuan (Chine), d’Imari (Japon), de Venise (Italie)

…diffusion, transferts, réinterprétations

Ex : cheval monté et char  dans les artistocraties du 2e millénaire BC au Danemark (Char solaire 1300 BC), Mycènes (vase peint, 1600 BC), Cheval en bronze Shang (12e s BC), Ramses II Abou Simbel (2e millénaire BC)

Décloisonnement 2 : concomitances / convergences

Roi-prêtres et pharaons vers 2000 BC :

Gudea, prince de Lagash, Statue assise dédiée au dieu Ningishzida, Vers 2120 avant J.-C, Tello, ancienne Girsu, diorite, musée du Louvre

Gudea Crédits : Louvre.fr
Gudea
Crédits : musée du Louvre

Statue de Senwosret I, vers 1950 BC, 12e Dynastie, Egypte, Karnak, granodiorite, British Museum

Statue de Senwosret I Crédits : British Museum
Statue de Senwosret I
Crédits : British Museum

… divergences/convergences

Ex : le rapport à la lumière : lampe de mosquées, Buddha lumière important dans la diffusion du bouddhisme en Chine, théologie de la umière filtrant dans le vitrail…

Lampe au nom de l’émir Shaykhu, 1350 – 1355 , Tombeau de Shaykhu, cimetière Bab al-Wazir, Le Caire, Égypte ou Syrie, Verre soufflé, décor émaillé et doré, musée du Louvre

Lampe de mosquée Crédits : RMN (Musée du Louvre) / Hervé Lewandowski
Lampe de mosquée
Crédits : RMN/Louvre

Décloisonnement 3 : Universalités ?

Masques funéraires dorés : Egypte, Mycènes, Vikings, Amérique du sud…

Utilisation du jade comme symbole de statuts sociaux dans différentes sociétés néolithiques, universalité des symboles de fertilité au Néolithique (Japon, Amérique centrale, Proche Orient), abstraction et masculinisation de ces figures : début d’un processus concomitant et mondial…

 

Thème 2 : Dépaysement de la pensée et mises en regard des œuvres

Entre Paris et Patna : pour une histoire connectée – Sanjay Subrahmanyam, University of California, Los Angeles / Collège de France

A partir du sujet de la représentation visuelle de l’Inde en Occident à partir de 1500, et les collections d’art indien constituées en Europe (Italie, Pays-Bas) dès le XVIIe siècle, S. Subrahmanyam présente quelques concepts liés à la notion d’histoire connectée :

Régimes de circulation : aspect technologique (mer, terre), circonstances politiques, institutions. Toujours en évolution.

Symétrie vs Asymétrie : pas forcément des symétries de circulation. Quelques indiens en Europe au XVIIe siècle, ms bcp plus d’Européens en Asie + bcp plus d’écrits européens sur l’Asie que l’inverse

Commensurabilité et Traduction : commensurabilité produite dans un système qui n’est pas a priori.

Nombreuses collections de miniatures mogholes aux Pays-Bas qui démontrent une certaine curiosité, dont certaines sont copiées par Rembrandt et servent comme inspiration : par exemple, son Abraham recevant la visite des anges.

De plus, de nombreux Néerlandais se font peindre dans le style indien.

Arts asiatiques et arts de l’Islam : regards croisés, de la Chine vers le monde abbasside et vice et versa – Sophie Makariou, musée national des Arts asiatiques-Guimet et Souraya Noujaim, Agence France-Museums

S. Makariou et S. Noujaim propose une décentralisation du discours de l’Europe afin d’évoquer les influences préislamiques et islamiques en Extrême-Orient.

Parmi les quelques exemples présentés :

Verseuse à tête d’oiseau, 7e-8e siècle, Chine, terre cuite glaçurée, musée national des Arts asiatiques-Guimet : modèle d’un objet métallique venu de la route de la soie, transcription étonnante qui relève du collage

Verseuse à tête d'oiseau Crédits : RMN
Verseuse à tête d’oiseau
Crédits : RMN

Aiguière à tête de coq, vers 1200-1220, Iran, Kashan, céramique siliceuse, décor réticulé, peint sous glaçure,

Aiguière à tête de coq Crédits : RMN
Aiguière à tête de coq
Crédits : RMN/Louvre

Penser différemment la Renaissance : échanges et renouveaux à l’épreuve de la World History – Patrick Boucheron, université Paris I Panthéon-Sorbonne

La Global history est née aux Etats-Unis dans les années 1980, à partir de la question de la domination occidentale = question de ce qu’est le monde : un objet d’étude ou un cadre d’analyse ?

Patrick Boucheron indique qu’il faut plutôt parler d’histoire connectée, contre la global history totalisante, grand récit vague et mal documenté.

Nécessaire mise en regard d’objets distants qui entretiennent une étrange familiarité = recherche d’un effet de sens, d’un effet d’acculturation = apprendre qu’au fond les stés peuvent être distantes sans être ontologiquement différentes (la chine est loin mais n’est pas « un autre »).

Vers un monde global : présentation de la section « XVe siècle – XIXe siècle » du Louvre Abu Dhabi – Jérôme Delaplanche, Agence France-Museums

La troisième section du Louvre Abu Dhabi “début XVe – milieu XIXe”, pose la question de la périodisation des temps traditionnels et de sa pertinence dans une visée universaliste. Toutefois, une scansion,  un rythme sont nécessaires, néceissté qui doit s’allier à la contrainte du bâtiment.

La section est précédée d’une salle qui a la charge de présenter ce fameux tournant du XVe siècle dan l’histoire de la globalisation naissante : sciences, voyages et merveilles.

La section est divisée en trois temps, chaque temps évoquant une thématique transversale dans une chronologie, et son insertion dans une histoire globale. Insistance sur mise en regard, rapprochements audacieux au-delà des distances géographiques

*1er temps « le monde en perspective » = représentations du monde avec enjeu proprement occidental, celle du monde visible

=== définition d’un nouvel espace (perspective), donc d’un nouvel idéal (l’antique) et quête obsessionnelle de la nature (naturalisme)

 Giovanni Bellini, Vierge à l’Enfant, vers 1480-1485, Italie, Venise, huile sur toile, Louvre Abu Dhabi

Vierge à l'Enfant Crédits : exponaute.com
Vierge à l’Enfant
Crédits : exponaute.com

*2e temps « le prince », moment historique important et global

Nombreux portraits et objets de cours.

*3e temps « Individu et histoire » : illustrer le rôle nouveau de l’individu, surtout XVIIIe début XIXe

Nombreux portraits privés, images d’intérieurs présentant la notion nouvelle de confort, d’art de vivre.

 

Si, comme l’a fait remarquer S. Subrahmanyam, le musée Louvre Abu Dhabi semble apparaître comme un musée utopique, il nous faut attendre l’automne 2015 pour nous en faire une idée.

Jeune Émir à l’étude Crédits : louvre.fr
Jeune Émir à l’étude
Crédits : musée du Louvre

 Osman Hamdi Bey, Jeune Émir à l’étude, 1878, Istanbul, huile sur toile, Louvre Abu Dhabi