L’Arabie saoudite et ses antiquités préislamiques

La récente annonce du lancement de la mise en tourisme de la région d’Al-Ula qui comprend notamment le site archéologique du même nom et celui de Hégra/Madâ’in Sâleh, met en lumière le patrimoine préislamique de l’Arabie saoudite. Elle porte également avec elle l’idée que le royaume s’ouvre “finalement” à la reconnaissance de ce patrimoine, alors que l’analyse des travaux menés depuis les années 1970 par le Département des Antiquités et des Musées puis la Commission saoudienne pour le Tourisme et du Patrimoine national démontre que le processus est enclenché depuis bien longtemps.

La médiatisation des sites et antiquités préislamiques s’est, il vrai, renforcée. Il ne s’agit plus désormais de collecter et d’exposer ces biens dans des musées nationaux ou régionaux à destination de la population, mais d’inviter les touristes internationaux à les découvrir. L’annonce du “développement d’Al-Ula” est en cela retentissante.

Shaden Resort, Al-Ula © VC, 23/04/18

Toutefois, un autre événement d’importance ayant eu lieu à Riyad à l’automne 2017 est resté discret, alors qu’il porte en lui l’affirmation nouvelle de la médiation du patrimoine préislamique de et en Arabie saoudite. Présentée au musée national à Riyad du 7 novembre au 26 décembre 2017, l’exposition Routes d’Arabie est ainsi largement passée inaperçue, malgré la stratégie de communication socionumérique de la Commission saoudienne pour le Tourisme et le Patrimoine national – qui fera l’objet d’un billet suivant.

L’exposition représente l’une des initiatives muséales les plus importantes réalisées en Arabie saoudite depuis l’ouverture de son musée national en 1999 : mettre en valeur l’archéologie préislamique dans le cœur d’un royaume encore considéré comme hostile aux vestiges préislamiques et qui, en matière patrimoniale, occasionne principalement l’intérêt international pour les destructions archéologiques causées par les travaux d’agrandissement du sanctuaire de La Mecque.

Routes d’Arabie est le fruit d’une coopération interétatique culturelle entre la France et l’Arabie saoudite qui avait été inaugurée en juillet 2010 au musée du Louvre. Depuis sa présentation dans la capitale française puis dans le monde entier (Europe, Etats-Unis, Asie), l’exposition s’attache à raconter l’histoire archéologique, islamique, et enfin saoudienne, du territoire de l’Arabie saoudite, à travers un parcours chronologico-géographique : depuis les premiers témoins préhistoriques dans le nord-ouest, jusqu’à la proclamation du royaume à Riyad en 1932.

Laissant de côté l’importance de cet événement dans la diffusion d’un savoir peu connu sur les sites et antiquités de l’Arabie – contrairement aux vestiges égyptiens, levantins, mésopotamiens et perses de la même période – pourquoi la présentation de l’exposition Routes d’Arabie à Riyad aurait-elle pu provoquer un élan plus enthousiaste ?

Entrée du musée national à Riyad, pendant l’exposition Routes d’Arabie © VC, 16/11/2017

Car elle fait réapparaître une typologie d’objets qui n’avait plus été exposée dans le pays depuis les années 1970 : des stèles et statues anthropomorphes préhistoriques et préislamiques, témoins de systèmes symboliques et autres cultes polythéistes qui avaient été stoppés à l’avènement de l’islam au VIIe siècle. Ces statues anthropomorphes représenteraient ce que la tradition coranique déconseillerait, à savoir leur culte (“Par Dieu ! Je [Abraham] vais dresser des embûches à vos idoles, dès que vous aurez le dos tourné” Coran, XXI, 57-58) ou leur fabrication (“Si vous ne pouvez pas ne pas en faire, faites des images d’arbres ou d’autres objets inanimés”, reporté par Al-Bukhârî). Elles occupent pourtant une place de choix dans l’exposition.

Entrée de l’exposition Routes d’Arabie et aperçu d’une première stèle anthropomorphe © VC, 16/11/2017

Parmi ces objets, trois stèles anthropomorphes du IVe millénaire avant J.-C. avaient été délibérément – muséographiquement – installées à l’entrée de l’exposition pour accueillir le visiteur, voire l’attirer dans l’exposition.

Stèles anthropomorphes, IVe millénaire avant J.-C. (Riyad, musée national) dans Routes d’Arabie à Riyad © VC, 16/11/2017

Cette disposition diffère de celle du musée du Louvre qui, en voulant magnifier ces mêmes antiquités, les avait plutôt intégrées dans le parcours chronologique, dans une section consacrée à « L’Arabie avant l’Histoire : les premiers peuplements ».

Présentation de deux des trois stèles dans Routes d’Arabie au Louvre © musée du Louvre, Juillet 2010

Deux de ces stèles avaient déjà été exposées sous formes de copies dans le musée d’archéologie et de patrimoine populaire, ouvert à Riyad en 1978 et fermé en 1999, qui racontait l’histoire archéologique du territoire de l’Arabie saoudite jusqu’à la révélation de l’islam – ce premier musée public saoudien ne présentait donc pas l’unification du territoire en royaume saoudien. Aussi, ce musée avait été pensé dans le cadre de prospections et missions archéologiques saoudiennes qui avaient été lancées pour la première fois en 1963, avant la création d’un Comprehensive Archaeological Survey Program entre 1976 et 1981, mêlant de manière pérenne archéologie et muséologie.

L’exposition de ces stèles dans le royaume n’est donc pas une première dans l’histoire muséale saoudienne, mais elle témoigne d’une nouvelle réappropriation et d’une nouvelle stratégie de communication, à surveiller de près pour qui souhaite mieux comprendre l’attachement réel de l’Arabie saoudite à ses antiquités préislamiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.