Nouvelle mission de terrain – Riyad, Janvier 2015

Après une première mission de terrain à Riyad en novembre 2013, me revoilà dans la capitale saoudienne pour continuer mes recherches sur la collecte et l’exposition des objets archéologiques préislamiques dans les musées du royaume.

Au programme de ces quelques jours – 17 au 29 janvier – consultation de la vaste documentation de la librairie de la Commission saoudienne pour le Tourisme et les Antiquités, et entretiens, qui permettront d’étoffer les trois premiers chapitres de la thèse. Parmi la documentation, je m’intéresse particulièrement à la revue Atlal The Journal of Saudi Arabian Archaeology qui recense les programmes et rapports de fouilles archéologiques dans le royaume depuis le premier volume publié en 1975.

Sans oublier, la dégustation des meilleures dates du monde – je présente mes excuses à mes amis algériens, mais vraiment, les dattes saoudiennes sont irremplaçables – et de mes gateaux préférés, les ma’moul.

Les premières dattes de l'année Crédits : VC

Les premières dattes de l’année
Crédits : VC

Aujourd’hui, il a plu à Riyad. Mon hôte m’a indiqué qu’il n’avait pas plu depuis plusieurs mois et qu’une telle pluie, qui accompagne mon arrivée dans la capitale, est de bon augure. Puisse cet augure accompagner ma thèse 🙂

Journée d’études : In(ter)ventions, objects histories outside and inside the museum – Londres, British Museum, 12 février 2015

Le 12 février 2015 est organisée une journée d’étude sur le thème des biographies d’objets, à savoir les différentes manières dont des objets ont été utilisés, modifiés puis recontextualisés par l’institution muséale au cours de leur existence.

Parmi les communications au programme, certaines aborderont aussi bien la copie d’anciens joyaux du XVème siècle, que la réutilisation d’ouvrages tibétains dans les bureaux des officiers coloniaux.

Des posters seront également accrochés et présentés durant les pauses thé. J’exposerai un poster issu de mes recherches sur la collecte et l’expositions d’objets archéologiques préislamiques dans les musées d’Arabie saoudite. A partie de la vie de trois objets préislamiques qui ont connu des contextes de fouilles et de muséalisation différents, je démontre que les processus de collecte et d’exposition(s) jouent un grand rôle dans les valeurs que portent de tels objets au fil de leur histoire.

Ces trois objets sont :

– Le bol de Teima, terre cuite, Oasis de Teima (Nord-Ouest de l’Arabie saoudite), IXème siècle av. J.-C., . Il fut collecté lors d’une mission archéologique saoudienne officielle (1960s), copié et exposé dans un musée régional (1987), puis dans le musée national (1999), puis dans une exposition itinérante internationale (2010- )

Bol de Teima, Riyadh National Museum
Crédits : SCTA/musée du Louvre

– Un Fragment représentant un personnage accroupi entre des serpents entrelacés, chlorite, Tarut (Nord-Est de l’Arabie saoudite), 2ème moitié du IIIème millénaire av. J.-C. Il fut collecté lors d’expéditions américaines non officielles (1950) et entra dans une collection privée, il fut rendu à l’Arabie saoudite, exposé dans un musée régional (1987), puis dans le musée national (1999), puis dans une exposition itinérante internationale (2010- )

Crédits : SCTA/musée du Louvre

Fragment, Riyadh National Museum
Crédits : SCTA/musée du Louvre

– enfin, la Stèle de Teima, grès, Teima (Nord-Ouest de l’Arabie saoudite), VIème siècle av. J.-C., collectée par l’explorateur français Charles Huber (1884), donnée et exposée au musée du Louvre, puis exposées dans une exposition internationale itinérante (2010-).

Stèle de Teima, musée du Louvre
Crédits : RMN/Franck Raux

Pour en savoir plus sur la journée d’études : https://objectinterventions.wordpress.com/