Vernissage de l’exposition « Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis », Institut des Cultures d’Islam

Le 11 février 2016,  l’Institut des Cultures d’Islam organise le vernissage de sa prochaine exposition de photographies consacrée aux hammams de la Médina de Tunis.

Lieu : ICI Léon, 19 rue Léon, 75018 Paris

Date & horaires : Jeudi 11 février 2016, à partir de 18h

invitation-vernissage-expo

L’exposition Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis présentée à l’Institut des Cultures d’Islam tente de restituer auprès du public parisien les multiples dimensions matérielles et immatérielles des hammams de la Médina de Tunis ainsi que les défis posés à leur sauvegarde contemporaine. Les images suggèrent l’évanescence de ces espaces oniriques, leur profonde intégration dans la vie sociale de la Médina, la précarité et l’exclusion de certains usagers des hammams ainsi que la brûlante passion de la dernière génération de propriétaires, viscéralement attachés à leurs patrimoines.

19 photographes tunisiens et étrangers ont été sélectionnés et invités à combler le vide iconographique sur les hammams et à poser de nouveaux regards sur ces différents univers. Bien que ce terrain d’étude soit délicat, intime et complexe, une complicité artistique a pu naître grâce à l’accueil et à l’enthousiasme des propriétaires, à la disponibilité des clients, ainsi qu’à la délicate pudeur des photographes et à la détermination passionnée des habitants.

Cette exposition photographique s’inscrit dans le cadre d’un projet original de mobilisation citoyenne pour la sauvegarde des bains historiques de la Ville de Tunis, lancé par l’association L’Mdina Wel Rabtine,  Actions Citoyennes en Médina.

Les recherches de terrain ont permis de recenser près de 50 hammams historiques, inventoriés dès le XIXème siècle en Médina et faubourgs. En avril 2014, seulement 26 hammams étaient en activité, 17 avaient disparu et 7 autres étaient fermés.

Les hammams en fonction sont menacés de disparition si aucune intervention réfléchie de sauvegarde n’est engagée.

La résidence photographique préalable à l’exposition a été menée en partenariat avec la Maison de l’Image, avec le soutien précieux de l’Institut français de Tunisie et de l’Ambassade de Suisse en Tunisie. Les courts-métrages ont été réalisés par les étudiants de l’Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis.

Commissariat : Association L’Mdina Wel Rabtine – Actions Citoyennes en Médina

Avec les photographies de Mohamed Amine Abassi • Sophia Baraket • Aglaé Bory • Hamideddine Bouali • Marianne Catzaras • Mahdi Chaker • Ness Cheikh-Ali Chehine Dhahak • Rania Dourai • Hichem Driss • Arnaldo Genitrini • Pol Guillard • Yassine Hakimi • Max Jacot • Arthur Perset • Jacques Pion • Anna Puig Rosado Aziz Tnani • Patricia K. Triki et la participation de Yacine Blaeich

Source : Vernissage de l’exposition “Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis”

Les relations Europe-Arabie, XIXe – XXIe siècles, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 27 et 28 novembre 2015

Lieu : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Date : 27 et 28 novembre 2015

Pour des raisons de sécurité, accès sur inscription uniquement.

On sait que la péninsule Arabique et l’Europe entretiennent depuis longtemps des relations durables, tant économiques que culturelles. Dans la poursuite des activités de la Chaire de Dialogue des Cultures sur l’histoire de ces relations depuis l’Antiquité et le Moyen Âge, ce colloque international s’intéressera plus spécifiquement aux liens entre l’Europe et la péninsule Arabique à l’époque contemporaine, depuis les débuts de la mondialisation de l’âge industriel jusqu’aux derniers développements économiques et stratégiques contemporains. Leur comparaison ainsi que l’étude du contenu et de l’évolution des échanges sont un moyen de mieux comprendre ce qui relie l’Europe et la péninsule Arabique. Pour les Européens au XIXe siècle, la Péninsule est une région à la marge de leurs empires coloniaux et de leurs échanges avec l’Asie, l’Afrique et l’Amérique. Au XXIe siècle, elle représente toujours un modèle de développement économique et politique dont on retient les différences avec le développement européen.Dans la Péninsule, l’Europe est une puissance impérialiste elle aussi longtemps marginale au XIXe siècle au regard des échanges avec l’océan Indien et l’Afrique, jusqu’à l’établissement des protectorats britanniques puis, au XXe siècle, de relations presque exclusives avec les États-Unis. Plusieurs éléments montrent pourtant que les relations entre l’Europe et la péninsule Arabique aux XIXe-XXIe siècles ne sont pas marginales : l’étude de leurs échanges permet précisément d’évaluer l’importance de leurs relations.

Programme

Vendredi 27 novembre

Matin : Salons Décanal, 12 place du Panthéon (Métro Luxembourg)

8h30 : Accueil des participants.

9h-11h : Atelier 1 : Djedda, porte d’entrée européenne dans l’Arabie

  • Louis Blin (Ministère des Affaires Etrangères) : Djeddah dans la littérature française (1830-1940)
  • Salwa Al-Maiman (maître de conférences à l’Université du Roi Abdelaziz, Djeddah) :Synthèse comparative sur les visions française et arabe de Djeddah
  • Ulrike Freitag (Zentrum Moderner Orient): Un échange entre hommes des lettres : les lettres de Muhammad Nasif à Christiaan Snouck Hurgronje (1920-1933).

11h : Visite de la bibliothèque de la Sorbonne sur le thème « Europe-Arabie »

12h-13h : Déjeuner

Après-midi : Salle 1 – Galerie Soufflot, 1er étage, 12 place du Panthéon (Métro Luxembourg)

14h-16h : Voyageurs en Arabie, voyageurs en Europe (1)

  • Ahmed Zein (al-Hayat) : Le Yémen et les voyageurs européens : une découverte mutuelle
  • ‘Ali al-Dosari (King Saud University) : Analyse spatio-temporelle des voyages des orientalistes européens dans la péninsule Arabique, à l’aide du GPS et de la télédétection
  • ‘Abdallah al-Lheedan (King Saud University) : L’Europe et le cœur de la péninsule Arabique au début du 20e siècle : les voyages de W. Shakespeare

16h30-18h : Voyageurs en Arabie, voyageurs en Europe (2)

Guillemette Crouzet (European Universitary Institute) : « Heading to Arabia ». La mission et le voyage de George Forster Sadleir dans la péninsule Arabique en 1819 : « découvrir » l’Arabie, servir les Indes, « conquérir » le Golfe.

 ‘Ali al-Kandari (Kuwait University) : L’impact mutuel des étudiants koweïtiens au Royaume-Uni et de la société britannique, analysé à travers le cas de la campagne « Free Kuwait » (1990-1991)

18h30-20h : Les pèlerins entre l’Europe et l’Arabie

  • Sofiane Bouhdiba (université de Tunis) : Le choléra, facteur de crise diplomatique entre l’Europe et l’Arabie ? La question du hajj au XIXème siècle.
  • Luc Chantre (Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Un regard colonial sur le hajj ? Les rapports de pèlerinage des « commissaires du gouvernement » français (années 1890-1962).

20h30 : Dîner

Samedi 28 novembre

 Salle 1 – Galerie Soufflot, 1er étage, 12 place du Panthéon (Métro Luxembourg)

8h30 : Accueil

9h-10h30 : Atelier 5 : Patrimoines d’Europe et d’Arabie

  • Virginia Cassola (Ecole du Louvre) : Saudi Museology, British Expertise (1974-1987)
  • Sarah Khazindar (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Patrimoine matériel, valeurs et représentations : étude de cas : Arabie saoudite

11h-13h : Atelier 6 : L’Europe et l’Arabie en affaires

  • Romain Calvary (EHESS) : Analyser l’évolution des relations économiques entre l’Europe et la péninsule Arabique depuis le milieu du XXème siècle. Une approche par les acteurs : l’exemple de l’homme d’affaires saoudien Mohammed al-‘Amoudi.
  • Philippe Pétriat (Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Le commerce de l’Arabie avec l’Europe dans la première moitié du 20e siècle
  • Rachid Rhattat (EDC Paris Business School) : The development of UE-GCC relationship : toward a strategic partnership ?

13h : Buffet final.

Source : http://calenda.org/344509

Contact : Anne-Laurence Pastorini:  anne-laurence [dot] pastorini [at] univ-paris1 [dot] fr

Table ronde internationale – « Deux journées d’études autour de Qasr Shemamok, région d’Erbil », Paris, EPHE, 27 et 28 novembre 2015

Lieu : EPHE, salle 123, « Le France », 190-198 avenue de France, 75013 Paris
Date : 27 et 28 novembre 2015

Premier Jour : vendredi 27 novembre 2015

Matin, 9h30

Introduction aux travaux de la part du Doyen et des responsables de la recherche EPHE, de l’UMR 8167 (Orient et Méditerranée), de la Représentation diplomatique du KRG à Paris, des Services Culturels de l’Ambassade
d’Irak à Paris 

Maria Grazia Masetti-Rouault (EPHE, UMR 8167), Directeur de la mission : « La mission à Qasr Shemamok, bilan et perspectives des recherches ».

Nader Abubakr, Directeur des Antiquités et des Musées de la région d’Erbil : « La situation actuelle des missions archéologiques dans la région d’Erbil et le projet Qasr Shemamok ».

Olivier Rouault (Université Lyon2, UMR 5133 ) : « Les fouilles, et leur publication dans la série EMMS ».

Pascal Butterlin, (Université Paris I, conseiller MAEDI) et Béatrice André-Salvini (Commission des fouilles, MAEDI): La politique française pour l’archéologie du Proche-Orient

Débat 

Pause déjeuner, 13h 

Après-midi, 14h

Maria Gabriella Micale (Post-doc, Freie Universität, Berlin) : « Area B at
Qasr Shemamok: season 2014 and future perspectives ». 

Omar Mahmoud (Professeur, Université de Soran, Kurdistan) : « Le chantier A de Qasr Shemamok : la mission 2014, et projets pour le futur ».

John MacGinnis, (MacDonald Institute, Université de Cambridge) : « Epigraphic researches at Erbil Museum (May 2015)”.

JacekTomczyk (Université de Varsovie Cardinal Wyszysnki) : « Diversity of the biological Strategies of Neo-Assyrian period populations (Syria-Kurdistan)”.

Vincenzo Picotti (Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich) : « Recherches géo-morphologiques dans la région de Qasr Shemamok : un premier bilan ».

Débat 


Deuxième jour : samedi 28 novembre

Matin, 9h30 

Narmin Ali Mohammed Amen, (Professeur à l’Université Salaheddin, Erbil) et P. Poli (Université de Pavie, Italie): « Une mission au musée de Bagdad (juillet 2015) : Le dépôt retrouvé de l’expédition
italienne à Qasr Shemamok (1933). Une première évaluation ». 

Ilaria Calini (Doctorante EPHE-SR) et Rebwar Jalal: « Le matériel archéologique de la mission au musée d’Erbil ».

Jérôme Haquet (IR, CNRS, UMR 8167) et Federico Defendenti (Doctorant EPHE-SR) : « La gestion des archives électroniques de la mission ».

Pedro Azara (Polytechnique de Barcelone) : «Architecture et urbanisme de la ville assyrienne : projet pour une exposition ? »

Débat 

Pause déjeuner, 13h

Après-midi, 14h

Marc Chevreuil (DE, EPHE SVT-UPCM) et Elodie Moreau-Guigon (EPHE SVT /UPCM) : Qualité de l’eau et le milieu naturel dans la région de Shemamok. 

Konstantinos Kopanias (Université d’Athènes, directeur de la mission archéologique grecque à tell Nader and Baqrta ) : "The Tell Nader/Baqrta Project: Past Research and Future Perspectives".

Lionel Marti (CNRS, UMR 7192, Directeur de la mission archéologique française à Bash Tappa) : « Recherches récentes à Bash Tappa ».

Narmin Ali Mohamed Amen, and Karel Novacek (Université Palacky, Olomouc), directeurs du programme de prospection « Landscapes of North of Mesopotamia » : « Travaux à Makhmour, Altun Kopri et Haza
2013-2015 (région d’Erbil) ». 

Débat et conclusion des travaux

Source :Maria Grazia MASETTI-ROUAULT (EPHE), Directrice de la mission de Qasr Shemamok
http://www.orient-mediterranee.com/spip.php?article2818

Nouvelle mission de terrain – Riyad, Janvier 2015

Après une première mission de terrain à Riyad en novembre 2013, me revoilà dans la capitale saoudienne pour continuer mes recherches sur la collecte et l’exposition des objets archéologiques préislamiques dans les musées du royaume.

Au programme de ces quelques jours – 17 au 29 janvier – consultation de la vaste documentation de la librairie de la Commission saoudienne pour le Tourisme et les Antiquités, et entretiens, qui permettront d’étoffer les trois premiers chapitres de la thèse. Parmi la documentation, je m’intéresse particulièrement à la revue Atlal The Journal of Saudi Arabian Archaeology qui recense les programmes et rapports de fouilles archéologiques dans le royaume depuis le premier volume publié en 1975.

Sans oublier, la dégustation des meilleures dates du monde – je présente mes excuses à mes amis algériens, mais vraiment, les dattes saoudiennes sont irremplaçables – et de mes gateaux préférés, les ma’moul.

Les premières dattes de l'année Crédits : VC

Les premières dattes de l’année
Crédits : VC

Aujourd’hui, il a plu à Riyad. Mon hôte m’a indiqué qu’il n’avait pas plu depuis plusieurs mois et qu’une telle pluie, qui accompagne mon arrivée dans la capitale, est de bon augure. Puisse cet augure accompagner ma thèse 🙂

Journée d’études : In(ter)ventions, objects histories outside and inside the museum – Londres, British Museum, 12 février 2015

Le 12 février 2015 est organisée une journée d’étude sur le thème des biographies d’objets, à savoir les différentes manières dont des objets ont été utilisés, modifiés puis recontextualisés par l’institution muséale au cours de leur existence.

Parmi les communications au programme, certaines aborderont aussi bien la copie d’anciens joyaux du XVème siècle, que la réutilisation d’ouvrages tibétains dans les bureaux des officiers coloniaux.

Des posters seront également accrochés et présentés durant les pauses thé. J’exposerai un poster issu de mes recherches sur la collecte et l’expositions d’objets archéologiques préislamiques dans les musées d’Arabie saoudite. A partie de la vie de trois objets préislamiques qui ont connu des contextes de fouilles et de muséalisation différents, je démontre que les processus de collecte et d’exposition(s) jouent un grand rôle dans les valeurs que portent de tels objets au fil de leur histoire.

Ces trois objets sont :

– Le bol de Teima, terre cuite, Oasis de Teima (Nord-Ouest de l’Arabie saoudite), IXème siècle av. J.-C., . Il fut collecté lors d’une mission archéologique saoudienne officielle (1960s), copié et exposé dans un musée régional (1987), puis dans le musée national (1999), puis dans une exposition itinérante internationale (2010- )

Bol de Teima, Riyadh National Museum
Crédits : SCTA/musée du Louvre

– Un Fragment représentant un personnage accroupi entre des serpents entrelacés, chlorite, Tarut (Nord-Est de l’Arabie saoudite), 2ème moitié du IIIème millénaire av. J.-C. Il fut collecté lors d’expéditions américaines non officielles (1950) et entra dans une collection privée, il fut rendu à l’Arabie saoudite, exposé dans un musée régional (1987), puis dans le musée national (1999), puis dans une exposition itinérante internationale (2010- )

Crédits : SCTA/musée du Louvre

Fragment, Riyadh National Museum
Crédits : SCTA/musée du Louvre

– enfin, la Stèle de Teima, grès, Teima (Nord-Ouest de l’Arabie saoudite), VIème siècle av. J.-C., collectée par l’explorateur français Charles Huber (1884), donnée et exposée au musée du Louvre, puis exposées dans une exposition internationale itinérante (2010-).

Stèle de Teima, musée du Louvre
Crédits : RMN/Franck Raux

Pour en savoir plus sur la journée d’études : https://objectinterventions.wordpress.com/

Colloque « Autour du Louvre Abu Dhabi : pour une histoire globale de l’art ? » – Compte rendu

Hier s’est tenu le colloque « Autour du Louvre Abu Dhabi : pour une histoire globale de l’art ? » à l’auditorium du musée du Louvre. Cette journée, qui fait suite à un colloque qui avait eu lieu en 2011, était organisée en marge de l’exposition temporaire Naissance d’un musée qui présente les 150 premières œuvres de la collection permanente du musée Louvre Abu Dhabi

Divisé en deux temps (Le Louvre Abu Dhabi à l’heure de la globalisation culturelle / Dépaysement de la pensée et mises en regard des œuvres), le colloque a su répondre aux questions régulièrement posées sur le projet (rôles de l’Agence France Museum, regard sur les collections, implantions du musée dans société, etc.) depuis le 6 mars 2007, date de la signature de l’accord « Louvre Abou Dabi » de coopération culturelle entre les Emirats arabes unis et le France, qui prévoit l’ouverture d’un « d’un musée destiné à favoriser le dialogue des cultures entre l’Orient et l’Occident, qui présentera des œuvres majeures dans tous les domaines de l’histoire de l’art […] ». Bien plus, le contenu et le discours d’une des quatre galeries qui composeront le musée ont été présentés, satisfaisant ainsi la curiosité des potentiels visiteurs. Pour rappel, le musée devrait ouvrir ses portes en 2015.

Bien plus, ce colloque a voulu interroger les notions de musée universel, histoire globale, histoire connectée, tandis que les communications ont permis à l’auditoire de mieux cerner les objectifs et enjeux du musée Louvre Abu Dhabi : décloisonner l’histoire de l’art en mettant en regard des œuvres d’art produites simultanément dans plusieurs régions du monde, en exposant les résultats artistiques d’échanges et de contacts entre les sociétés. Il ne s’agit plus de présenter des œuvres d’art par départements – tels au musée du Louvre le Département des antiquités orientales, le Département des peintures, etc. – mais par une trame chronologique qui relie les civilisations entre elles.

Voici en quelques lignes et mots-clés, les principaux moments de ce colloque très riche.

Ouverture : Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée du Louvre

Pour J.-L. Martinez, cette journée a pour objectif principal de convier les problématiques de l’histoire monde, de l’histoire connectée appliquée à l’histoire de l’art et à l’histoire des musées

Il rappelle que le Louvre Abu Dhabi sera le premier musée universel du XXIe siècle, d’autant plus implanté dans une région spécifique au carrefour de l’Europe et de l’Asie qui amène à changer les perspectives et à relever de nouveaux défis : diversification publics et décloisonnement colletions déjà entamés au Louvre Lens.

J.-L. Martinez mentionne quelques collections publiques françaises qui font partie de l’Agence France Museums et qui prêteront des œuvres afin de compléter la collection du Louvre Abu Dhabi: musée du Louvre, BNF, Centre Pompidou, musée d’Orsay, musée du quai Branly, musée national des arts asiatiques – Guimet, musée du Moyen Age-Cluny, musée Rodin, musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, Sèvres, Cité de la céramique, Château de Fontainebleau, Château de Versailles, musée des Arts Décoratifs. Il rappelle que ces prêts sont des enjeux de taille mais très ambitieux puisqu’ils sont une opportunité unique de reformer des collections et de dépasser périmètres actuels.

Conférence inaugurale : Universalité et écart culturel – François Julien, philosophe, sinologue, helléniste, Paris

Le philosophe François Julien a été invité à débuter la journée par une redéfinition de notions et concepts largement utilisés pour définir le projet du Louvre Abu Dhabi, mais bien souvent mal compris.

Pour lui, l’universel a un sens faible de généralité et de constat, et un sens fort sur lequel la pensée européenne s’est constituée, celui d’une nécessité a priori d’avant toute expérience : c’est un concept de la raison.

Mais c’est un terme ambigu aujourd’hui, composite, chaotique, qu’il faut distinguer de l’uniforme, qui est un concept de la production. Aujourd’hui la mondialisation et l’uniformisation de tout ce qui nous entoure, pousse à considérer des choses universelles (légitimité de principe) alors qu’elles ne sont qu’uniformes.

Concernant la diversité des cultures, souvent comprise comme un ensemble de différences, il préfère employer le terme d’écart : le terme différence indique une distinction, tandis que le terme écart indique une distance. Par l’écart, les cultures subissent un processus de mise en regard dont les conséquences sont un dialogue des cultures, et non un syncrétisme ou la recherche d’un dénominateur commun.

En tant que philosophe travaillant sur deux philosophies distantes, celle de l’Europe et celle de la Chine, il attend alors du Louvre Abu Dhabi un processus de vis-à-vis, de dévisagement et d’auto-réflexion. Le musée doit se placer comme un sujet agile qui peut circuler entre la diversité pour y trouver son profit, mais aussi être un sujet alerte. Il ne souhaite pas de compromis, ni de tolérance car ce n’est pas très productif, mais plutôt de la compréhension et donc le croisement de regards.

 

Thème 1 : Le Louvre Abu Dhabi à l’heure de la globalisation culturelle

Historique et actualité du projet – Khalid Abdhullah, représentant de TCA Abu Dhabi et Vincent Pomarède, musée du Louvre

Le Louvre Abu Dhabi, un processus spécifique : idée du musée – architecture – collections.

Louvre Abu Dhabi Crédits : louvre.fr

Louvre Abu Dhabi
Crédits : musée du Louvre

Architecture : dôme monumental inspiré par les techniques d’irrigation utilisées dans les cultures de dattes aux Emirats arabes unis, et de la lumière du soleil qui traverses les palmes de l’arbre.

Plan : musée pensé comme une petite ville : quatre halls d’exposition permanente, un hall d’exposition temporaire et un musée des enfants. Trame chronologique et non thématique.

Historique du projet :

2005, la France est choisie pour la conception muséographique du musée.

2007, signature de l’accord « Louvre Abou Dabi » à partir de ce qui existe déjà :

– Principe architectural de Jean Nouvel : Idée d’un musée-ville : pavillons et places;

– Idée de musée universel : musée national des BA devait être universel, présentant toutes les cultures ;

– Principe d’un musée très orienté vers l’éducatif, qui participerait du projet éducatif global du gouvernement d’Abu Dhabi.

Création de l’Agence France Museums, une parole et une administration uniques dans le but de fédérer les collections nationales françaises participant au projet et d’organiser les commissions d’acquisitions.

Objectifs de formation et de professionnalisation d’experts aux Emirats arabes unis.

2009, exposition de  19 pièces de la collection du Louvre Abu Dhabi + programme scientifique et culturel validé.

2013, exposition Birth of a museum : première exposition d’envergure qui présente 150 pièces de la collection et dont la muséographie de mise en regard des objets préfigure le futur musée + achèvement de la construction du dôme.

2014, l’exposition Naissance d’un musée ouvre ses portes au musée du Louvre à Paris.

Perspectives ouvertes par le décloisonnement des collections – Jean-François Charnier, directeur scientifique de l’Agence France Museums

J.-F. Charnier rappelle la grande difficulté à traiter visions élargies et interconnexions dans l’histoire du monde, ainsi que celle de la fragmentation du musée universel : idée que la continuité des collections et l’identification culturelle sont remises à penser : question de la focale et de l’analyse du chef-d’œuvre au sein de la société qui le produit et dans les connexions avec les mondes qui l’entoure. La solution serait le décloisonnements des collections.

Trois décloisonnements prévus dans le musée Louvre Abu Dhabi :

Décloisonnement 1 : circulation, réciprocités, hybridations

Ex : décor récurrent d’un motif textile sur une boite japonaise et un plateau iranien, qui rappelle les échanges opérées sur la route de la soie)

Boîte octogonale, Chine, dynastie Tang (618-907 apr. J.-C.), milieu du VIIIe siècle, Louvre Abu Dhabi

Boîte octogonale Crédits : fotoparis.livejournal

Boîte octogonale
Crédits : fotoparis.livejournal

… terrestres, routes maritimes

Ex : Céramiques du XVIe siècle d’Iznik (Turquie), des Yuan (Chine), d’Imari (Japon), de Venise (Italie)

…diffusion, transferts, réinterprétations

Ex : cheval monté et char  dans les artistocraties du 2e millénaire BC au Danemark (Char solaire 1300 BC), Mycènes (vase peint, 1600 BC), Cheval en bronze Shang (12e s BC), Ramses II Abou Simbel (2e millénaire BC)

Décloisonnement 2 : concomitances / convergences

Roi-prêtres et pharaons vers 2000 BC :

Gudea, prince de Lagash, Statue assise dédiée au dieu Ningishzida, Vers 2120 avant J.-C, Tello, ancienne Girsu, diorite, musée du Louvre

Gudea Crédits : Louvre.fr

Gudea
Crédits : musée du Louvre

Statue de Senwosret I, vers 1950 BC, 12e Dynastie, Egypte, Karnak, granodiorite, British Museum

Statue de Senwosret I Crédits : British Museum

Statue de Senwosret I
Crédits : British Museum

… divergences/convergences

Ex : le rapport à la lumière : lampe de mosquées, Buddha lumière important dans la diffusion du bouddhisme en Chine, théologie de la umière filtrant dans le vitrail…

Lampe au nom de l’émir Shaykhu, 1350 – 1355 , Tombeau de Shaykhu, cimetière Bab al-Wazir, Le Caire, Égypte ou Syrie, Verre soufflé, décor émaillé et doré, musée du Louvre

Lampe de mosquée Crédits : RMN (Musée du Louvre) / Hervé Lewandowski

Lampe de mosquée
Crédits : RMN/Louvre

Décloisonnement 3 : Universalités ?

Masques funéraires dorés : Egypte, Mycènes, Vikings, Amérique du sud…

Utilisation du jade comme symbole de statuts sociaux dans différentes sociétés néolithiques, universalité des symboles de fertilité au Néolithique (Japon, Amérique centrale, Proche Orient), abstraction et masculinisation de ces figures : début d’un processus concomitant et mondial…

 

Thème 2 : Dépaysement de la pensée et mises en regard des œuvres

Entre Paris et Patna : pour une histoire connectée – Sanjay Subrahmanyam, University of California, Los Angeles / Collège de France

A partir du sujet de la représentation visuelle de l’Inde en Occident à partir de 1500, et les collections d’art indien constituées en Europe (Italie, Pays-Bas) dès le XVIIe siècle, S. Subrahmanyam présente quelques concepts liés à la notion d’histoire connectée :

Régimes de circulation : aspect technologique (mer, terre), circonstances politiques, institutions. Toujours en évolution.

Symétrie vs Asymétrie : pas forcément des symétries de circulation. Quelques indiens en Europe au XVIIe siècle, ms bcp plus d’Européens en Asie + bcp plus d’écrits européens sur l’Asie que l’inverse

Commensurabilité et Traduction : commensurabilité produite dans un système qui n’est pas a priori.

Nombreuses collections de miniatures mogholes aux Pays-Bas qui démontrent une certaine curiosité, dont certaines sont copiées par Rembrandt et servent comme inspiration : par exemple, son Abraham recevant la visite des anges.

De plus, de nombreux Néerlandais se font peindre dans le style indien.

Arts asiatiques et arts de l’Islam : regards croisés, de la Chine vers le monde abbasside et vice et versa – Sophie Makariou, musée national des Arts asiatiques-Guimet et Souraya Noujaim, Agence France-Museums

S. Makariou et S. Noujaim propose une décentralisation du discours de l’Europe afin d’évoquer les influences préislamiques et islamiques en Extrême-Orient.

Parmi les quelques exemples présentés :

Verseuse à tête d’oiseau, 7e-8e siècle, Chine, terre cuite glaçurée, musée national des Arts asiatiques-Guimet : modèle d’un objet métallique venu de la route de la soie, transcription étonnante qui relève du collage

Verseuse à tête d'oiseau Crédits : RMN

Verseuse à tête d’oiseau
Crédits : RMN

Aiguière à tête de coq, vers 1200-1220, Iran, Kashan, céramique siliceuse, décor réticulé, peint sous glaçure,

Aiguière à tête de coq Crédits : RMN

Aiguière à tête de coq
Crédits : RMN/Louvre

Penser différemment la Renaissance : échanges et renouveaux à l’épreuve de la World History – Patrick Boucheron, université Paris I Panthéon-Sorbonne

La Global history est née aux Etats-Unis dans les années 1980, à partir de la question de la domination occidentale = question de ce qu’est le monde : un objet d’étude ou un cadre d’analyse ?

Patrick Boucheron indique qu’il faut plutôt parler d’histoire connectée, contre la global history totalisante, grand récit vague et mal documenté.

Nécessaire mise en regard d’objets distants qui entretiennent une étrange familiarité = recherche d’un effet de sens, d’un effet d’acculturation = apprendre qu’au fond les stés peuvent être distantes sans être ontologiquement différentes (la chine est loin mais n’est pas « un autre »).

Vers un monde global : présentation de la section « XVe siècle – XIXe siècle » du Louvre Abu Dhabi – Jérôme Delaplanche, Agence France-Museums

La troisième section du Louvre Abu Dhabi « début XVe – milieu XIXe », pose la question de la périodisation des temps traditionnels et de sa pertinence dans une visée universaliste. Toutefois, une scansion,  un rythme sont nécessaires, néceissté qui doit s’allier à la contrainte du bâtiment.

La section est précédée d’une salle qui a la charge de présenter ce fameux tournant du XVe siècle dan l’histoire de la globalisation naissante : sciences, voyages et merveilles.

La section est divisée en trois temps, chaque temps évoquant une thématique transversale dans une chronologie, et son insertion dans une histoire globale. Insistance sur mise en regard, rapprochements audacieux au-delà des distances géographiques

*1er temps « le monde en perspective » = représentations du monde avec enjeu proprement occidental, celle du monde visible

=== définition d’un nouvel espace (perspective), donc d’un nouvel idéal (l’antique) et quête obsessionnelle de la nature (naturalisme)

 Giovanni Bellini, Vierge à l’Enfant, vers 1480-1485, Italie, Venise, huile sur toile, Louvre Abu Dhabi

Vierge à l'Enfant Crédits : exponaute.com

Vierge à l’Enfant
Crédits : exponaute.com

*2e temps « le prince », moment historique important et global

Nombreux portraits et objets de cours.

*3e temps « Individu et histoire » : illustrer le rôle nouveau de l’individu, surtout XVIIIe début XIXe

Nombreux portraits privés, images d’intérieurs présentant la notion nouvelle de confort, d’art de vivre.

 

Si, comme l’a fait remarquer S. Subrahmanyam, le musée Louvre Abu Dhabi semble apparaître comme un musée utopique, il nous faut attendre l’automne 2015 pour nous en faire une idée.

Jeune Émir à l’étude Crédits : louvre.fr

Jeune Émir à l’étude
Crédits : musée du Louvre

 Osman Hamdi Bey, Jeune Émir à l’étude, 1878, Istanbul, huile sur toile, Louvre Abu Dhabi

 

Le musée national de Riyad

C’est, en quelques mots…

– le récit de l’histoire de l’Arabie saoudite, depuis la période préislamique à la découverte du pétrole en 1938 ;

– un musée ouvert en 1999 lors des célébrations du centenaire hijri de la prise de Riyad par le futur roi Abd al-Aziz al Saud : 1902 / 1319 H – 1999 / 1419 H ;

– un des éléments du complexe historique du roi Abd al-Aziz (King Abdulaziz Historical Centre) qui comprend également le palais Murabba (dernière demeure du roi Abd al-Aziz),la King Abdulaziz Foundation for Research and Archives et le King Abdulaziz Memorial Hall ;

– un ensemble d’objectifs éducatifs tels que « mettre l’accent sur des aspects de l’histoire et des monuments du Royaume d’Arabie saoudite depuis ses débuts jusqu’à l’époque moderne » et « véhiculer une conscience culturelle en approfondissant le concept d’adhésion aux racines et au patrimoine, en répandant la connaissance et la participation à l’éducation nationale des jeunes générations » (Al-Kahtani, D. b. (1999). Museum Education in the National Museum. Origin, targets and achievements. Riyadh: Ministry of Education, p.14) ;

– une architecture dynamique dont la forme principale est une longue courbe axée d’est en ouest, en calcaire local, qui longe la place Murabba et le jardin du palais « dans un large geste d’accueil en direction de la Mecque », tandis qu’au coucher du soleil, « les murs se teintent d’une couleur rouge identique à celle du soleil couchant, puis leur teinte s’adoucit graduellement pour accueillir la fraîcheur de la soirée. L’effet visuel est celui d’un canyon, comme un rappel des débuts de Riyad comme oasis du désert » (Boddy, T. (Septembre-Octobre 1999). « History’s New Home in Riyadh ». Saudi Aramco World , 50 (5), p.22.) ;

Crédits : SCTA

musée national de Riyad
Crédits : SCTA

 

– deux ailes comprenant huit galeries divisées comme suit :

[aile préislamique]
* L’Homme et l’univers (Big bang – 3000 BC)
* Les royaumes arabes (3000 BC – 300 AD)
* La Jahiliyyah (300 – 610 )
* La mission du Prophète (610 – 622)

un pont reliant les deux ailes :

l’Hégire (le voyage de Muhammad de La Mecque à Médine, en 622]

[aile islamique]
* L’Islam et la péninsule arabique (622-XVIIe siècle)
* Les premier et second Etats saoudiens (1744-1818 / 1821-1834)
* L’Unification (1902-1938)
* Le Hajj et les Deux Mosquées Saintes (aujourd’hui)

– des collections d’objets archéologiques, manuscrits documents historiques, armes, objets issus des arts et traditions populaires…

Vitrine d'objets provenant d'Addiriyah, la capitale du premier Etat saoudien (1744-1818)

Vitrine d’objets provenant d’Addiriyah, la capitale du premier Etat saoudien (1744-1818)
Crédits : VC

 

– une muséographie immersive et subtile dont les deux objectifs principaux sont « d’inciter le citoyen à confirmer sa fierté dans le patrimoine arabe et sa révérence envers l’Islam », et « de raconter l’histoire de l’Islam comme il est communément compris par les musulmans, en narrant celle de l’Arabie saoudite dans ce contexte religieux » (Lord Cultural Resources (1999). The National Museum of Saudi Arabia & Darat al Malik ‘Abd al ‘Aziz historic Murabba’ palace complex in Riyadh, iii.)

Crédits : VC

Salle de la Révélation avec vue sur le tunnel de l’Hégire qui relie les deux ailes du musée
Crédits : VC

Salle de l'unification du royaume Crédits : VC

Salle de l’unification du royaume
Crédits : VC

 

Café jeunes chercheurs à la BNF – Actualités du monde arabe – 5 avril 2014

En partenariat avec le Collectif Confluence, la BnF organise un café sur le thème : Arabie saoudite, définition interne et positionnement externe. Ce café sera animé par Virginia Cassola qui fera une intervention sur : “le musée en Arabie saoudite : implantation, collections, discours” et par Emma Soubrier qui évoquera “les enjeux sécuritaires saoudiens à l’épreuve d’une refonte du jeu régional”…

Dans un premier temps, Virginia questionnera les rôles et missions des musées saoudiens depuis leur création dans les années 1970. Depuis cette date, un réseau de musées s’est constitué à partir de la collecte d’objets archéologiques et de discours spécifiques sur ces objets. L’étude de l’implantation des musées, de leurs collections et de leur exposition muséographique permet de répondre à la thèse selon laquelle le musée est un précieux outil de transmission d’une identité nationale saoudienne complexe dans un pays où se côtoient de multiples identités (arabité, islamité, « saoudité »…).

Dans un second temps, Emma s’intéressera à la politique étrangère du Royaume, laquelle est déterminée par ses préoccupations sécuritaires. Celles-ci comportent deux dimensions : garantir la sécurité nationale contre des menaces extérieures de type classique ou asymétrique et assurer la stabilité du régime. Cette dualité des enjeux sécuritaires saoudiens explique un positionnement régional et international spécifique à explorer. Il s’agira enfin de montrer comment les bouleversements régionaux récents et les repositionnements stratégiques des acteurs dans la zone représentent un défi pour les dirigeants saoudiens. La refonte de l’échiquier régional que l’on peut déceler aujourd’hui pousse l’Arabie saoudite à adopter de nouvelles stratégies qu’il convient d’analyser afin de mieux anticiper leurs implications futures.

Infos pratiques :Rendez-vous samedi 5 avril de 15h à 17h au Labo, Hall Est. Entrée libre et gratuite.

buff.ly/1hDw3LN 

 

Crédits : VC.

Toit du Fort Masmak, Riyad. Crédits : VC

 

Call for papers: Museum in Arabia Conference (Doha, 13-16 June 2014)

Museum in Arabia

13-16 June 2014, Doha, Qatar

Organisers:
Sarina Wakefield, Open University, UK
Karen Exell, UCL Qatar, Doha

The inaugural Museums in Arabia conference took place in July 2012 at the British Museum, London. This first conference, entitled The Role of Museums in Arabia, was held as a special session alongside the Seminar for Arabian Studies. The session explored the role of the museum as an institution for the preservation and interpretation of heritage in a region whose past is based upon traditional practices and oral histories, and in which the intangible past has taken precedence over the preservation of the material past. Due to the success of the first conference a second edition will be held in Doha in co-operation with UCL Qatar, The Museum of Islamic Art, Doha and the support of the Qatar National Research Fund.

Although museums have been present in the region since the 1950s, the recent investment in high-profile museums in a number of the states of the Arabian Peninsula is establishing the museum as a central form of heritage preservation, arguably overshadowing local forms of heritage performance and preservation. In addition, the mega-museum projects in, for example, Abu Dhabi and Qatar are drawing the attention of the international media to the region, and such media interpretations of these developments have come to dominate the discourse. Critical analysis of the role of museums in the Arabian Peninsula is at an early stage. This conference explores a number of themes addressing questions such as: What challenges do museums in the region face in their development? What is the nature of the heritage collected, curated and displayed in the museums? How are the museum model and the implementation of international museological expertise impacting on local forms of heritage representation? What kind of audience are the museums speaking to, and how do local communities engage with the museums? What is the nature of community vis-à-vis the museum in the region?
This conference will be of interest to academics and students working in the field of museums and cultural heritage in the region and globally, museum and cultural heritage practitioners, anthropologists, archaeologists, historians, and, more broadly, those with an interest in the socio-cultural, economic and political landscape of the region.

Abstract submission

We welcome abstracts of no more than 250 words on the following topics. Please include your name, affiliation and contact details at the end of the abstract:

  1. Museums and Cultural Policy: Across the Arabian Peninsula over the last 40 years cultural policies have developed that utilise museums and heritage as tools in state-definition and national identity. We are particularly keen to explore current and future policies of cultural development, and to investigate the differing approaches taken to museums, heritage and cultural developments at state level in the Arabian Peninsula.
  2. Museums and the Public: Although museums have been in existence since the 1950s, public awareness of the nature of museums amongst local populations in the Arabian Peninsula is still relatively low. The recent rapid development of high-profile museum projects has impacted on awareness but less so on attendance. This theme encompasses three areas of investigation: the strategies that museums are using to attract local audiences; the perceptions amongst local populations of their museums; and whether museums as local heritage institutions are sustainable, given their relatively unfamiliar form.
  3. Museums and Globalisation: Many of the museums constructed in the Arabian Peninsula over the last decade, and those still in development, are part of an agenda of globalisation – these museums are regarded as indicators of modernity transmitting a message of global and transnational identity, as they attract local and foreign audiences and expertise alike. This theme explores the role of museums in the agenda of globalisation, drawing on iterations of pan-Arabism and pan-Islamism, as well as the arrival of ‘franchise’ museums to the region. In addition, this theme is open to the role of the museums and its relationship to the concept of World Heritage.
  4. Museums and Education: Museums as educational institutions are well-developed in Europe and the United States, and while the educational role of museums is recognised in the Arabian Peninsula, the relatively recent arrival of the institution of the museum in the region and the nature of the regional school curriculums, present specific challenges to museums to successfully realise their educational role. This theme asks how museums can work effectively with education in the region, and explores some of the regional challenges that currently exist. In addition, new university programmes are being developed to train current and future museum staff. This theme investigates the challenges such programmes face, and asks how, and if, such programmes might develop successfully in the future.
  5. Beyond the Museum: Overshadowed by the state-level museum projects, many kinds of local museums and collections exist in the region, from preserved family houses to majliscollections and heirloom collections of pearling artefacts and craft tools. These collections are curated according to individual concerns, values and interests, illuminating indigenous concepts of heritage and identity. In addition, intangible practices continue to evolve alongside rapid social change, embodying forms of heritage impossible to represent in the traditional museum space. This session investigates all aspects of heritage practices beyond the new museum paradigm.

Abstracts addressing other themes relevant to this conference will also be considered.

Deadline for abstract submission: January 31st 2014
Please submit abstracts to: museumsinarabia@gmail.com

For any queries regarding abstract submissions please contact Sarina Wakefield atsarinawakefield@mac.com

Limited funding is available to support travel and accommodation. Please contact Karen Exell to discuss funding applications: k.exell@ucl.ac.uk